Mais pourquoi tout le monde se met à la douche froide ?

On avait déjà assisté à un flot de contenus étiquetés #IceBucketChallenge en 2014, un défi qui consistait à ce que des internautes plus ou moins célèbres se fassent renverser des bassines d’eau gelées sur le crâne pour la bonne cause. Surprise : la tendance serait bien partie pour revenir, la case solidaire en moins. Sur Instagram, ils·elles sont de plus en plus nombreux·ses à prôner les bienfaits d’une douche froide, voire d’un bain glacé. Lady Gaga exposait la technique comme part intégrante de sa routine pré et post-performance il y a de ça quelques mois, idem pour l’iconique Madonna. Et les clichés d’inconnu·e·s qui les imitent ne sont clairement pas isolés.

Plus récemment, sont arrivées jusqu’à nos oreilles des paroles vantant les mérites apparemment inégalables de la pratique datant de l’Antiquité. “Je prends des douches froides un jour sur deux”, nous confie une amie sourire (masqué) aux lèvres, “et je ne me sens jamais plus réveillée qu’après [ce rituel]”. Quand on lui demande si elle n’a pas plutôt envie de hurler à la perspective de déverser une eau à 10 degrés sur son corps encore endormi – et ce, avant même son premier café – elle nous répond que “non, et en plus, il paraît que ça rallonge l’espérance de vie”.

Tu nous en diras tant. Jusqu’à aujourd’hui, à choisir, on préférerait clairement vivre 5 ans de moins si ça veut dire se réveiller chaque matin bien au chaud et s’épargnant de pénibles jets désengourdissants.

View this post on Instagram

Et puis, on a découvert le prédicateur de l’eau glacée, le chaman de la douche froide, le prêcheur du plongeon frigorifié : Wim Hof, ou “l’homme de glace”, surnom dont il a hérité après ses multiples records de résistance – vous l’aurez deviné – au froid. Mis en avant, entre autres, dans l’émission discutable mais fascinante The Goop Lab – qui illustre les dérives du self-care comme jamais – le Néerlandais y promeut les bienfaits d’une expérience peu ordinaire : celle de s’immerger sous l’épaisse couche de glace du lac Tahoe en hiver, où le thermomètre affiche 3°C.

D’après lui, “une douche froide par jour, et le docteur s’en va pour toujours !”. Pas sûre que l’Académie de médecine soit tout à fait d’accord avec le type, qui soit dit en passant serait à même de contrôler sa propre chaleur corporelle, mais force est de constater que ses adeptes pullulent. Il regroupe d’ailleurs la coquette somme de 1,6 million d’abonné·e·s sur Instagram.

Entre atouts bien-être et dépassement de soi, on a voulu savoir ce qu’il y avait de si bon à suivre ses pas, en troquant nos 40°C quotidiens pour une température quatre fois moindre. Réponse.

Pour ses propriétés anti-stress et anti-anxiété

C’est l’argument principal de Wim Hof : glisser dans l’eau froide nous débarrasserait de nos tracas mentaux. Il peut d’ailleurs lui-même en attester. “Après avoir vécu un drame familial en 1995, j’ai commencé une introspection pour gérer mes angoisses, mon anxiété”, raconte-t-il. “L’eau froide m’a guéri. Je suis allé dans la nature, j’ai nagé sous d’épaisses couches de glace, j’ai appris l’immobilité. En mettant mon corps en état de stress temporaire, je suis parvenu à construire une endurance physiologique et psychologique au stress, à la psychose et à la dépression. Le souffle était mon guide. J’étais en maîtrise totale”.

Dans l’épisode de The Goop Lab où il intervient, il propose aux participant·e·s de tester sa méthode méditative éponyme. Commencer par un exercice de respiration, puis s’exposer graduellement au froid. Et bosser son mental. Avant le bain, tou·te·s s’adonnent à un cours de “snowga” (yoga dans la neige) pour s’acclimater. Ça marche : l’immersion semble facile, ils·elles en ressortent apaisé·e·s.

Chez soi, pas besoin d’aller jusque-là, mais plusieurs spécialistes révèlent que passer un jet frais sur son corps atténue le stress. L’animateur et médecin Michel Cymès précise par exemple dans son ouvrage Vivez mieux et plus longtemps (Ed. Stock) que la “fraîcheur libérera des endorphines (hormones du bien-être) et chassera l’anxiété et le stress qui parasitent le sommeil”. Des scientifiques de l’université du Commonwealth de Virginie ont quant à eux constaté que le fait de prendre une ou deux douches quotidiennes à 20°C pendant deux à trois minutes – suivies d’une “adaptation progressive de cinq minutes pour rendre la procédure moins choquante” – avait un effet antidépresseur. A bon entendeur.

View this post on Instagram

Pour aider son esprit à s’éveiller

Dans l’imaginaire collectif, eau froide rime avec idées claires. Lors de matins difficiles, qui ne s’est pas déjà éclaboussé le visage au robinet de la salle de bain pour tenter de récupérer quelques points de vie disparus la veille avec le pack de bières ? Pas Jack Dorsey, le co-fondateur et PDG de Twitter, en tout cas, qui lâche même que “prendre une douche froide chaque matin est ‘mieux que le café'”, rappelle Glamour UK. Affirmation que l’on conteste largement, mais c’est un autre débat.

Et puis, la science semble du côté de l’entrepreneur puisqu’à en croire une étude néerlandaise publiée en 2015, “l’effet bénéfique le plus souvent signalé [des douches froides] était une augmentation des niveaux d’énergie perçus (y compris de nombreuses comparaisons signalées avec l’effet de la caféine)”.

Selon la méthode Wim Hof aussi, elles encouragent à prendre des respirations plus profondes, ce qui diminue le niveau de CO2 dans tout le corps et nous aide à nous concentrer. Non négligeable en période de pandémie, où notre esprit semble complètement éparpillé.

Pour ses nombreux bienfaits physiques

Autre raison de s’adonner à ce rituel glacé : ses multiples vertus sur notre corps. D’abord, la circulation sanguine est facilitée et les courbatures limitées. Après le sport, elle est donc recommandée par beaucoup. “Le sang afflue vers la zone plongée sous l’eau froide permettant ainsi des échanges musculaires et sanguins et facilitant la récupération et la réparation de la zone lésée”, précise en outre le coach sportif Christophe Boulanger dans les colonnes de Madame Figaro.

D’après une étude américaine de 2009 en revanche, ce n’est pas tant l’effet réel du froid sur nos muscles qui est constaté qu’une perception plus faible de la douleur après une immersion dans de basses températures par rapport à des températures tièdes. Attention cependant, précise Le Temps : le recours à la douche froide est déconseillé si on se sent fragile, trop fatigué·e ou que l’on vient de beaucoup manger.

Deux autres bienfaits qu’on retient particulièrement : une peau apaisée et un cuir chevelu en meilleure santé. De quoi ravir les habitué·e·s aux irritations en tout genre (nous), et abonné·e·s aux affres du psoriasis et autres réjouissances épidermiques (encore nous).

On a finalement pesé le pour et le contre histoire de voir si on se laisse tenter ou si on laisse passer, et rien que par curiosité, il se pourrait bien qu’on mise sur la première option. Reste à voir si on ne finit pas par le regretter amèrement le jour J. Affaire à suivre.

Source: Lire L’Article Complet