Marine Vacth : "J’ai appris le métier d’actrice en même temps que la maternité"

Actrice envoûtante et ambassadrice de la maison Chanel, elle trace sa route sans faire de bruit, mais avec détermination. Avant de la retrouver bientôt au cinéma dans ADN, signé Maïwenn, et dans la série Moloch, sur Arte, portrait d’une discrète pour qui jouer l’interviewée est un rôle de composition.

Une beauté incandescente surgie de nulle part, un sujet plus que brûlant… Dans Jeune & Jolie, le film de François Ozon, où elle jouait le rôle d’une lycéenne qui se prostitue sans raison apparente, Marine Vacth a embrasé la planète Cinéma. Depuis 2013, l’incendie n’est toujours pas maîtrisé, l’étoile n’a pas filé et le mystère reste entier. Il colle même à la peau de la jeune femme de 29 ans qui, pourtant, n’a jamais quitté la lumière.

Secrète

Marine Vacth est douce et polie. Pas de provocation, pas de fuite en avant. Bien au contraire. Son fameux regard lichen ne vous lâche pas. Mais si devant l’objectif elle se donne à fond, ne comptez pas sur elle pour lever les zones d’ombre. Elle ne rêve que de fuir vos questions. «L’exercice ne me réjouit pas», concède l’actrice. Peur que sa parole devienne indélébile alors que tout bouge tout le temps, elle y compris. «Si j’avais davantage confiance en moi, j’aborderais sans doute ce moment avec plus de simplicité», reconnaît-elle. Pourquoi tant de peur ? Elle a de bons films au compteur et n’a rien d’une «flop modèle». Elle qui a stoppé ses études avant le bac pour «fric-fraquer» le 7e art s’exprime bien mieux que beaucoup d’étudiantes de troisième cycle. Alors, quand elle vous dit «Je n’ai rien à dire», bien sûr, on ne la croit pas. De la même façon, elle n’est pas sur les réseaux sociaux. «Pas pour me protéger, car on peut très bien les utiliser à bon escient, mais parce que ça ne m’attire pas.» Simplement discrète ? Non plus, car sa seule présence éclipse tout le reste. Et sous la grâce, le feu couve toujours.

Autodidacte

Brassière en tweed, Chanel.
Maquillage Chanel par Sandrine Cano Bock: soin Hydra Beauty Camellia Water Cream, Les Beiges Teint Belle Mine Naturelle Hydratation et Longue Tenue Beige 30, Les Beiges Poudre Belle Mine Illuminatrice Sunset, Baume Essentiel Golden Light, Les Beiges Palette Regard Belle Mine Naturelle Warm, Mascara Le Volume Sretch Noir, Les Beiges Baume à Lèvres Belle Mine Deep. Coiffure Karim Belghiran.

Secrète, alors… De son enfance à Maisons-Alfort, loin du sérail, de son frère chasseur alpin «qui lui ressemble beaucoup», de son compagnon, le photographe Paul Schmidt, de son quotidien de très jeune maman d’un petit Henri de 6 ans, on ne saura rien… Encore moins de ses engagements. «Je trouve un peu gênant, voire indécent, d’aborder des sujets sérieux et de mettre mes convictions sur la place publique en étant égérie d’une marque de luxe et en parlant beauté. Je ne m’exprime que dans l’intime. Chacun vit avec ses contradictions.»

On en profite quand même pour vérifier la légende : oui, elle a bien été repérée à 14 ans, alors qu’elle se baladait chez H&M avec sa mère. Oui, elle est ceinture marron de judo. Elle n’en fait plus mais aimerait reprendre un sport de combat. Le yoga ? Elle a essayé une fois, en Grèce. «C’était super, mais c’est resté en Grèce.» Oui, elle fume (et ne s’en cache pas), mange ce qui lui plaît et cultive «des tomates délicieuses» sur son balcon… Non, elle n’avait aucune conscience de son physique avant et n’avait jamais envisagé d’être mannequin. Encore moins actrice, et elle n’a jamais pris de cours. Même si elle a fait ses premiers pas dans Ma part du gâteau, de Cédric Klapisch, c’est avec François Ozon, pendant les tournages de Jeune & Jolie puis de L’Amant double que le déclic a eu lieu. «Je me sentais comme une laborantine et j’ai eu envie de continuer. Après, j’ai appris ce métier en même temps que la maternité.» Ce bébé aurait pu stopper net sa carrière. Elle a tout assumé sans souci et n’a jamais arrêté de travailler. En à peine dix ans, sa filmographie s’est déjà bien étoffée.

Du féérique au thriller

Au jeu des comparaisons, si chères aux médias, on a souvent cité Isabelle Adjani pour l’aura, Catherine Deneuve pour le côté Belle de jour, Charlotte Rampling pour le trouble et les yeux de chat, Béatrice Dalle pour l’audace et la nudité. Elle les adore toutes et se voudrait aussi singulière, mais c’est en citant Gena Rowlands et Meryl Streep que des étoiles s’allument dans ses yeux. Dévoilée, elle se referme aussitôt : «Comme spectatrice, ces deux-là me font vraiment voyager, mais il y en a tellement d’autres…» De même, elle ne veut pas citer les metteurs en scène avec lesquels elle aimerait travailler. «Si je le dis, j’ai peur que ça ne se fasse pas.» Superstitieuse ? On comprend que l’univers enchanté de Matteo Garrone l’ait séduite. Dans Pinocchio, sorti en avril sur Amazon Prime Video, elle y est une fée bleue pleine de charme(s). Après l’univers onirique de Pinocchio, retour à la vraie vie, souvent moins rose.

Fin octobre, on la retrouve sur Arte dans la série Moloch, un thriller réalisé par Arnaud Malherbe. Le pitch évoque une ville de bord de mer industrielle et labyrinthique où des inconnus prennent feu sans raison. Et, cette fois, elle n’y est pour rien ! «J’incarne Louise, une jeune journaliste un peu paumée qui veut se faire une place et qui mène l’enquête avec Gabriel, un psychiatre au passé trouble, que joue Olivier Gourmet.» Bientôt, on la verra également dans le film de Maïwenn, ADN (sortie le 28 octobre), labellisé Cannes 2020, avec Fanny Ardant et Louis Garrel. Cette fois, elle est Lilah, sœur de Maïwenn. «C’est une histoire sur les rapports familiaux et la question du deuil. Et une belle rencontre. Maïwenn est directe, présente, entière… J’aime ça. »

La muse

Pull en coton, Chanel, ear cuff Coco Crush, Chanel Joaillerie.
Maquillage Chanel par Sandrine Cano Bock.

Elle n’oublie pas pour autant ses débuts de mannequin, ni son rôle de muse. Avec Chanel, l’histoire a déjà plusieurs épisodes. En 2014, elle participe au livre La Petite Veste noire, par Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld ; en 2017, elle est nommée ambassadrice de la maison et visage de la campagne Croisière, photographiée par King Karl ; en 2019, elle devient le visage de la ligne de maquillage Les Beiges ; et, depuis avril 2020, elle prête son image au sac 19. Pour Marine, rien d’anormal. «Aujourd’hui, beaucoup d’actrices font des photos, et puis travailler pour Chanel, ça ne se refuse pas. C’est une maison qui me plaît beaucoup, car elle recèle à la fois le sens de la fidélité et un esprit familial.» Elle lui offre aussi la liberté de choisir ses rôles au cinéma et de tourner à son rythme.

En vidéo, la nouvelle campagne Les Beiges avec Marine Vacht

L’amour du jeu

Depuis la mi-août, elle a repris le chemin des plateaux pour deux nouveaux projets : dans le premier long-métrage de Brieuc Carnaille, Le Soleil de trop près, elle incarne une prof ; et pour le cinéaste belge d’origine chilienne Giordano Gederlini, elle endosse cette fois le rôle d’une femme flic. Comment a-t-elle imaginé ces personnages ? «Ils infusent en moi et, ensuite, tout se passe sur le plateau.» Instinctive, l’actrice n’intellectualise pas son travail : elle avance, se lance, expérimente, prend des risques, apprend et fait confiance au réalisateur, au scénario… «J’ai surtout envie de m’embarquer avec des gens dont j’aime l’univers, et faire ma part le mieux possible. Ce n’est pas seulement le jeu qui m’intéresse, c’est l’aventure entière qui me plaît. Participer à un projet. Jouer avec quelqu’un d’autre, dire les mots imaginés par d’autres…» Toujours cette envie de se cacher. Et de s’échapper. On comprend mieux pourquoi elle adore cette citation de Coco Chanel : «Si vous êtes née sans ailes, ne faites rien pour les empêcher de pousser.» L’envol est réussi.

Source: Lire L’Article Complet