Méthode de body contouring* Coolsculpting® : une technique soft**, une efficacité prouvée(1)(2)(3)(4)(5)

Coolsculpting® est une technique de « body contouring* » qui redessine la silhouette en détruisant les cellules graisseuses de manière précise grâce au froid(1)(6). On savait les résultats durables(2) mais une étude récente montre une perte de masse graisseuse en augmentation après plusieurs cycles d’applicateurs(3). Une solution non invasive1, qui se révèle plus qu’intéressante à l’approche de l’été pour en finir avec les zones rebelles.

Qui n’a pas déjà rêvé de se débarrasser des bourrelets dont les régimes ne viennent pas à bout, sans pourtant se résoudre à entreprendre une chirurgie esthétique lourde et coûteuse ? Une alternative non invasive(1) se trouve dans la cryolipolyse qui, consiste via des applicateurs, à appliquer au niveau de la masse graisseuse un froid intense auquel les cellules graisseuses ne survivront pas. Jusqu’à présent, les études montraient une efficacité pouvant atteindre jusqu’à 27% de perte de masse graisseuse(7), ce qui était déjà bluffant. Aujourd’hui, nous savons que selon les études et les zones de traitement, les résultats varient entre 21,5% et 40% de diminution de la couche graisseuse(3)(7). Avec un meilleur résultat du traitement observé au-delà de 3 cycles(3).

Cette solution permet aujourd’hui d’envisager CoolSculpting® comme un véritable traitement qui réduit significativement les volumes de graisses visés de façon très ciblée(6). Après avoir gelé le contenu des cellules ciblées, le corps les élimine en effet de façon naturelle(4). Une méthode particulièrement bien adaptée pour réduire la culotte de cheval résistante, l’intérieur des cuisses ou encore les poignées d’amour avant l’été, et cela sans éviction sociale.

La cryolipolyse Coolsculpting®, sécurité optimisée et contrôlée(6)

Avec cette technique, le corps réagit à un stimulus extérieur, le froid : la machine abaisse la température de la masse grasse sans injection, ni incision, ni anesthésie, ni médicament… On peut d’ailleurs retourner travailler directement après la séance, qui dure environ 35 minutes, et ne peut se faire qu’en cabinet médical, par un médecin agréé&. Ça aussi, ça rassure. Avec des résultats visibles en quelques semaines#(4) après le traitement, le temps que le corps élimine les cellules détruites, et un effet qui perdure dans le temps(2), cette méthode permet de remodeler sa silhouette sans les contraintes de la chirurgie par exemple. L’efficacité et la sécurité(6) de Coolsculpting® sont en effet bien établies, avec de nombreuses publications médicales à l’appui(1)(2)(3)(4)(5). Des excès alimentaires récurrents peuvent pousser le corps à regorger ses cellules graisseuses et à nouveau stocker du gras, mais avec une bonne hygiène de vie***, il est plus facile de pérenniser les résultats. D’ailleurs, après avoir vu s’affiner les zones traitées qui résistaient aux autres techniques jusqu’ici, on pourrait bien avoir envie de se mettre au sport pour conserver sa nouvelle silhouette encore plus longtemps.

*Remodelage corporel

** Technique de remodelage corporel non chirurgicale mais pouvant provoquer des effets indésirables.

***Alimentation équilibrée et pratique sportive fréquente.

§Formé à l’utilisation du dispositif médical Coolsculpting®

#Résultats visibles 2 à 3 mois après traitement.

CoolSculpting® est une marque de systèmes, cartes, applicateurs et accessoires destinés à être utilisés simultanément pour le traitement non invasif de la réduction de la couche graisseuse par la technique de cryolipolyse.

Ces dispositifs médicaux sont des produits de santé réglementés, qui portent au titre de cette réglementation, le marquage CE0197.

L’utilisation de ces dispositifs médicaux nécessite l’intervention d’un médecin. Cette procédure n’est pas une méthode d’amaigrissement et ne se substitue pas à un régime alimentaire varié associé à de l’exercice physique.

Pour plus d’informations, demandez conseil à un médecin. Des effets indésirables peuvent survenir.

Fabricant : Zeltiq Aesthetic Inc. (Californie, États-Unis).

Références :

(1) Zelickson B, et al., Cryolipolysis for noninvasive fat cell destruction: initial results from a pig model. Dermatol Surg. 2009 Oct;35(10):1462-70.

(2) Bernstein EF et al., Long-term efficacy follow-up on two cryolipolysis case studies: 6 and 9 years post-treatment. J Cosmet Dermatol. 2016 Dec;15(4):561-564.

Etude de suivi longitudinal de l’efficacité de la cryolipolyse chez deux patients, 6 et 9 ans après traitement par Coolsculpting®. Les deux patients (indices de masse corporelle initiales de 27 et 23.7 respectivement) ont été traités de manière unilatérale sur un deux flancs. Une réduction de la graisse sous-cutanée a été obervée chez ces deux patients au moins 6 et 9 ans après traitement. Les effets secondaires comme les érythèmes et engourdissement étaient typiques de la cryolipolyse et se sont résolus spontanément sans intervention.

(3) McKeown DJ et al., Significant improvement in body contour with multiple cycles of CoolSculpting: Results of a prospective study. Dermatol Ther. 2021 Mar;34(2):e14850.

Etude prospective, unicentrique, à un seul bras chez des patients (n=28, 26F/2H ; 58 zones de traitement au total) traités par cryolipolyse (Coolsculpting) entre avril et juillet 2019 dans une ou plusieurs zones de traitement. Le but de l’étude était d’évaluer l’efficacité et la tolérance de plusieurs cycles et sessions de cryolipolyse par Coolsculpting. Le critère/objectif principal était le calcul du taux de patients répondeurs au traitement, défini par la mesure de l’épaisseur du pli cutanée (pied à coulisse) avec un p<0.05 par rapport à la mesure avant traitement, ou l’observation qualitative de signes cliniques (comapraison de photographies avant et après traitement). Les patients ont été traités par ≤4 cycles de Coolscultping par zone pendant une première session et si besoin, une nouvelle session de ≤4 cycles de Coolscultping, quatre semaines plus tard. Résultats : Les zones traités étaient principalement : abdomen (n = 11; 19%), abdomen supérieur (n = 8; 14%), la région sous-mentonnière (n = 8; 14%), le haut des bras (n = 7; 12%) et les flancs (n = 7; 12%). 48 zones ont été traités au cours de la 1ère session, et 10 zones lors d’une 2ème session. Le nombre moyen de cycle par zone est 2.8 ± 1.5. La majorité des patients (n=27/28) ont été considérés comme répondeurs à la cryolipolyse par Coolsculpting avec une diminution de l’épaisseur du pli cutanée de 35.4 ± 9.9 mm avant traitement à 22.2 ± 7.6 mm à 12 semaines après traitement (p<0.001), correspondant à une diminution moyenne de -40% de l’épaisseur du plicutanée après traitement. Cette diminution moyenne était plus élevée chez les patients traités avec ≥3 cycles comparés au patient traités par 1 et/ou 2 cycles (p=0.01). La satisfaction patient était de 88% (n=51/58). Tolérance : Aucun évènement indésirable a été enregistré lors des traitements et lors des séances de suivi.

(4) Klein KB, et al., Non-invasive cryolipolysis for subcutaneous fat reduction does not affect serum lipid levels or liver function tests. Lasers Surg Med. 2009 Dec;41(10):785-90.

(5) Ponga-Manso M., J Cosmet Dermatol. 2022 Jan;21(1):307-315.

(6) Manuel d’Utilisation du système CoolSculpting®. Allergan. BRZ-101-TUM-FRA-G. 08.2020

(7) Sasaki GH et al., Noninvasive selective cryolipolysis and reperfusion recovery for localized natural fat reduction and contouring. Aesthet Surg J. 2014 Mar;34(3):420-31.

Etude prospective, unicentrique, visant à enregistrer les profils de température durant un cycle de traitement-récupération dans une étude pilote (n=6 patients) et à évaluer l’efficacité et la tolérance de traitements identiques traités par cryolipolyse dans une cohorte de patients (n=112 patients). Les patients ont été traités sur 1 ou plusieurs zones pour un total maximal de 4 zones de traitement en une seule séance. Résultats : Dans l’étude pilote, la température sous-cutanée de chaque patient et les profils de courbes valeurs moyennes de température présentaient une baisse progressive de la température jusqu’à son niveau le plus bas à 45 à 60 minutes pendant la phase de traitement par cryolipolyse puis une élévation graduelle de la température au niveau de référence à 60 minutes pendant la phase de récupération. Dans la cohorte évaluant l’efficacité et la tolérance, n=85/112 patients étaient disponibles pour des évaluations de suivi de l’épaisseur de graisse sous-cutanée au niveau des différentes zones traitées (abdomen, pli du soutien-gorge, lombaires, hanche, intérieur des cuisses et genoux médial) 6 mois après le traitement. La réduction moyenne de la graisse sous-cutanée (mesurée par une pince à plis cutanés) lors du suivi était de21.5 % (n=85). La réduction de 27 % concerne spécifiquement la partie inférieure de l’abdomen (n=55). Les réductions moyennes dans les autres zones traitées étaient de 20% pour le pli du soutien-gorge (n=4), 22% pour les bourrelets lombaires (n=2), 25% pour les bourrelets des hanches 25 % (n=20), 17% pour la face internes des cuisses (n=3) et 18% pour la face médiale des genoux (n=1). Des érythèmes ont été observés sur tous les sites de traitements et ont disparu quelques jours suivant la cryolipolyse. La majorité des patients ont observé des ecchymoses qui se sont dissipées dans les 2 semaines suivant la cryolipolyse. Trois patients ont rapporté une dysesthésie et une sensibilité accrue de la peau de la zone traitée pendant 2 à 3 semaines suivant la cryolipolyse. Aucune ulcération, cicatrice ou infection n’a été observée.

FR-CSC-220073 – AVRIL 2022

Crédits photos : IStock

Autour de

Source: Lire L’Article Complet