3e confinement – Emmanuel Macron tourneboulé par ses ministres : « Le vent peut tourner vite »

Alors que la mise en place d’un troisième confinement semble inévitable, Emmanuel Macron tente de gagner du temps. Une tâche loin d’être mince, lui qui se retrouve tiraillé entre plusieurs avis au sein de l’exécutif.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

Y aura-t-il ou n’y aura-t-il pas ? Face à l’épidémie de Covid-19 encore active sur le territoire et l’apparition des variants, le gouvernement français reste divisé sur la question d’un troisième confinement. Un conseil de défense sanitaire est prévu ce mercredi 27 janvier autour d’Emmanuel Macron, dix jours après l’instauration d’un couvre-feu généralisé à 18 heures. Mais rien de majeur ne devrait y être tranché. Pour le président de la République, l’option d’un nouveau confinement constitue encore un scénario noir, à l’heure où les résultats du couvre-feu n’ont pas encore été évalués. Agacé par la pression des scientifiques, comme le rapporte RTL, le chef de l’Etat préfère attendre.

L’Élysée a fait savoir qu’“à ce stade, aucune prise de parole du Président n’est prévue cette semaine. Car pour Emmanuel Macron, l’enjeu d’un confinement n’est pas seulement sanitaire, mais aussi économique (il représente un coût important pour le PIB français) et social. La question de l’acceptabilité sociale ressurgit ainsien plein couvre-feu. Le sujet est même débattu dans toutes les réunions de la majorité. Les Français sont respectueux, explique un ministre, auprès de nos confrères, mais le “vent peut tourner vite”. Plusieurs membres du gouvernement ont demandé à Emmanuel Macron ne pas faire de reconfinement préventif.

“On ne voit pas de lumière au bout du tunnel”

Reste qu’un nouvel isolement imposé, avec la fermeture des commerces considérés comme “non-essentiels”, semble inévitable. Mais instauré à partir de quand et dans quels types de modalités ? Là demeure le mystère, dans un contexte marqué par la colère de plusieurs acteurs de l’économie, dont les restaurateurs, mais aussi par une détresse psychologique grandissante. Nos concitoyens sont vraiment au seuil de l’acceptabilité, on ne voit pas de lumière au bout du tunnel. Il y a deux risques aujourd’hui, c’est bien évidemment la désobéissance civile et on voit qu’il y a une multiplication des suicides, on voit également qu’il y a de la violence à l’intérieur des foyers, s’est inquiété le député Agir du Haut-Rhin, Olivier Becht, auprès de RTL.

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Source: Lire L’Article Complet