Accusée d’avoir abusé de la chirurgie esthétique, Renée Zellweger revient sur sa période "triste et sombre"

Alors qu’elle signe son grand retour à Hollywood avec la série Netflix "What if" et le biopic "Judy" Renée Zellweger se confie sur son passage à vide. Retour sur une période sombre de son histoire.

À 50 ans, bien que lauréate de 3 Golden Globes et un Oscar, Renée Zellweger est surtout connue pour son rôle de la célibataire rigolote et éternelle romantique, Bridget Jones. Au sommet de sa carrière au milieu des années 2000, elle disparaît soudainement des radars. 

L’actrice marque aujourd’hui son retour sur le petit écran avec la série originale Netflix, “What if” et sur le grand écran avec le biopic “Judy” de Ruper Goold, prochainement en salle. En pleine promotion, elle se confie sur sa “période sombre” qui aura duré presque six ans. 

Lynchage virtuel et acharnement médiatique

En 2014, elle apparaît métamorphosé lors de la 21e cérémonie des prix du magazine Elle à Beverly Hills. Amincie, les trais tirés, les yeux agrandis, ses fans ne la reconnaissent pas. Ils ne se privent d’ailleurs pas d’afficher leur mécontentement sur les réseaux sociaux. Lynchée sur Twitter, l’actrice est accusée d’avoir largement abusé du botox, fléau des cinéastes à l’époque. 

Bien que ça ne regarde personne, je n’ai jamais fait de chirurgie esthétique.

Affirmations qu’elle démentira plus tard dans une tribune sur le Huffington Post : “Bien que ça ne regarde personne, je n’ai jamais fait de chirurgie esthétique, et je n’ai pas touché à mes yeux.” Elle y dénonce notamment la cruauté d’un système qui permet aux gens “d’être cruels et lâches derrière leur clavier d’ordinateur.”

C’est assez étrange, mais ces remarques m’ont permis de me sentir mieux dans ma peau.

Au sujet des remarques concernant son physique, l’actrice est définitivement passée à autre chose. Bien qu’elle déclare aujourd’hui, au magazine Closer, ne pas avoir été touchée par celles-ci, elle concède : “Je reconnais cependant avoir trouvé cette période extrêmement violente à mon égard, mais je crois que cela m’a rendue encore plus forte. En fait, c’est assez étrange, mais ces remarques m’ont permis de me sentir mieux dans ma peau, en apprenant davantage à apprécier qui j’étais en tant que femme et, tout simplement, en tant que personne.” 

Un éloignement nécessaire 

Dans le Red Magazine, l’actrice de “Chicago”, revient sur le passage à vide qu’elle a connu entre 2010 et 2016, année de la sortie du troisième volet de “Bridget Jones”. Cible régulière de la presse people qui la dépeint volontiers comme une “pauvrette”, l’actrice est enfermée dans son personnage de Bridget.

Notamment au moment de sa rupture avec l’acteur Bradley Cooper en 2011, lorsqu’une de ses amies confie au magazine US Weekly : “Elle a toujours rêvé d’une romance comme celle-ci. Elle a tout essayé pour que leur histoire dure. Elle a le cœur brisé.”

J’ai fait de très mauvais choix

Du côté de son public, les choses ne sont pas plus joyeuses. Critiquée par les fans pour ses changements physiques, l’actrice décide finalement de s’éloigner d’Hollywood. Elle concède : “J‘ai été mal conseillée. J’ai fait de très mauvais choix… C’était une période sombre. Et triste.” 

J’en étais arrivée à un point où je me regardais jouer et ça m’exaspérait

Pourtant, elle refuse de se victimiser, préférant voir le côté positif de cette expérience : “Je ne considère pas cela comme une vie gâchée, car j’en ai appris beaucoup et c’est ce dont j’avais besoin, je suppose. Et donc je suis juste reconnaissante d’avoir appris sur moi et de faire quelque chose de différent”. 

Sur les raisons de son passage à vide, elle admet s’être laissée aller : “En toute honnêteté, je dois dire que c’est parce que je ne prenais pas soin de moi. Et je m’agaçais tellement. J’en étais arrivée à un point où je me regardais jouer et ça m’exaspérait. Donc, j’ai décidé de m’éloigner.”

Du temps pour prendre soin d’elle et des autres

Interviewée par le magazine Closer, la star qui ne supportait plus le milieu hollywoodien a déclaré avoir pris le temps de se reconnecter avec elle-même et avec les autres. Si Renée a passé beaucoup de temps avec sa famille, elle a aussi suivi des études de droit international : “J’avais cet énorme besoin d’apprendre et de rattraper tout ce temps perdu”, explique-t-elle à Fox News.

Je me suis enfin sentie utile

Altruiste, elle s’est également consacrée à des œuvres caritatives : “Je me suis enfin sentie utile”, elle ajoute : “Cela faisait longtemps que je voulais me consacrer à des associations qui se battent pour la défense et la protection des femmes dans le monde.” Elle s’est donc employée à développer des programmes scolaires destinés aux jeunes femmes libériennes. 

  • 10 clés pour apprendre à relativiser
  • Comment ralentir et trouver du temps pour soi ?

Fuente: Leer Artículo Completo