Affaire Benjamin Griveaux : pourquoi un policier a-t-il été placé en garde à vue ?

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

Mardi 30 juin 2020, un policier a été mis en garde à vue dans le cadre de l’affaire Griveaux. Le fonctionnaire est soupçonné d’avoir livré à un photographe les informations sur la date et le lieu de l’interpellation de Piotr Pavlenski.

  • Benjamin Griveaux

Il y a trois mois, l’affaire Griveaux était sur toutes les lèvres. Tout a commencé lorsque Piotr Pavlenski revendique la diffusion des vidéos à caractère sexuel impliquant sa compagne Alexandra de Taddeo et le député Benjamin Griveaux. Et tout a basculé lorsque ce dernier décide de retirer sa candidature aux municipales 2020 de Paris. S’ensuivent alors des semaines d’intense médiatisation, les magazines s’arrachent la réaction des parents d’Alexandra de Taddeo après son placement en garde à vue ou encore la surprenante réaction de la femme de Benjamin Griveaux. Et sans parler des révélations faites par la destinataire des vidéos, à savoir que certaines auraient été tournées au ministère… Mais s’il y a bien un élément qui n’a pas échappé à la presse, c’est l’interpellation de Piotr Pavlenski. Car oui, les images de son arrestation ont été dévoilées.

La photo de l’arrestation de Piotr Pavlenski en cause

Le 19 février 2020, Paris Match décide de mettre cette photo en couverture du magazine. Et alors que la crise du coronavirus avait totalement éclipsé cette affaire, de nouveaux rebondissements remettent Benjamin Griveaux sur le devant de la scène. En effet, mercredi 1er juillet, Le Point révèle une nouvelle information : un policier a été placé en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir renseigné un photographe sur le lieu et la date de l’interpellation de Piotr Pavlenski. Sur le cliché, on aperçoit clairement l’activiste russe ventre à terre et menottes aux poignets. Une violation évidente de l’article 35 ter de la loi sur la liberté de la presse, qui interdit aux photographes et journalistes de représenter une personne entravée, sous peine de 15.000 euros d’amende. Et sur son site Internet, Paris Match avait également publié une vidéo de l’arrestation.

Une enquête administrative avait été ouverte en interne par la police, permettant d’identifier le responsable de la fuite. Le fonctionnaire était ensuite rapidement passé aux aveux. Le procureur de la République de Paris avait également ouvert une enquête préliminaire début mars pour “violation du secret professionnel”, “recel de violation du secret professionnel” et “diffusion non autorisée des images d’une personne entravée”. Le policier, en fonction à la brigade anticriminalité (BAC) du 16e arrondissement parisien, a finalement été placé en garde à vue ce mardi 30 juin 2020. L’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), alias la police des polices, se serait d’ailleurs rendue à son domicile dans le but de procéder à une perquisition.

À lire aussi : Benjamin Griveaux : le sigle de son nouveau poste fait pleurer de rire un animateur tv

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet