Affaire Elisa Pilarski : un retard inacceptable pour la famille

Dix mois après la mort d’Elisa Pilarski, mordue par un ou des chiens alors qu’elle était enceinte de six mois, ses proches attendent toujours des réponses à leurs questions. Les résultats des analyses ADN sont attendus.

Cela fait dix mois qu’ils vivent avec des questions sans réponse. Le 16 novembre 2019, les proches d’Elisa Pilarski ont été dévastés par la mort de la jeune femme, enceinte de six mois. Alors qu’elle se promenait en forêt avec son pitbull Curtis, elle a été mordue par “un ou plusieurs chiens”, selon le rapport d’autopsie. Depuis ce jour, de nombreux experts se sont succédé pour tenter de faire la lumière sur ce terrible fait divers. Selon certains, son propre chien, au comportement violent, aurait bien pu mordre sa maîtresse. Une hypothèse que son compagnon rejette en bloc. Dix mois après la mort d’Elisa Pilarki, ses proches attendent toujours de savoir ce qu’il s’est réellement passé. D’ici quelques jours, les résultats des analyses ADN de 67 chiens devraient être annoncés.

Parmi eux, celui de Curtis et des autres chiens du couple mais également ceux des soixante-deux chiens qui participaient à une chasse à courre dans la forêt où la jeune femme a perdu la vie. Si la famille est impatiente de connaître les résultats, c’est parce qu’elle les attend depuis longtemps. Comme le rappelle RTL, les ADN des animaux devait initialement être examinés au mois de novembre 2019. En tout, les proches d’Elisa Pilarski ont dû faire face à pas moins de quatre reports, notamment à cause des coûts jugés trop élevés du laboratoire mais également de la crise du coronavirus. Neuf mois après le début des analyses, la mère de la victime trouve le temps “long, très long”. “Je suis dans un état d’esprit où maintenant, j’ai besoin de réponses, besoin de savoir ce qu’il s’est passé”, confiait-elle dans les colonnes de l’Union.

Curtis, “à l’origine de l’accident” ?

L’attente insoutenable qu’endurent les proches d’Elisa Pilarski devrait donc prendre fin dans les prochains jours. Mais pour l’avocat de son compagnon, les résultats ADN ne seront pas forcément concluants pour déterminer avec exactitude les circonstances de son décès. “Dans un même temps, un seul chien ne peut avoir réalisé autant de morsures. La victime était couverte de blessures. Il y a trop de plaies pour que ce soit le produit d’un seul animal. Il faut se poser les bonnes questions”, expliquait l’avocat de Christophe Ellul dans les colonnes de l’Union. Et si le compagnon de la jeune femme a toujours nié la possible implication de leur chien Curtis, pour un expert, l’animal pourrait bien être responsable de sa mort.

Auprès du Journal du dimanche, le spécialiste révélait que le pitbull peut bien être à l’origine de l’accident et reste dangereux pour d’autres personnes”. Pour appuyer ses propos, il a analysé le comportement de ce chien, né aux Pays-Bas. Selon lui, Curtis a “déchiqueté une balle et sa laisse”, avant d’“attraper la belle-soeur de Christophe Ellul” par la manche, lui enlevant son manteau. Un comportement qui pourrait rappeler la mort d’Elisa Pilarski, retrouvée partiellement dénudée par les enquêteurs. D’ici peu, les analyses devraient apporter des réponses aux proches de la jeune femme.

Crédits photos : Capture BFMTV

Source: Lire L’Article Complet