Affaire Grégory : ce jour où Murielle Bolle a entamé une grève de la faim

Murielle Bolle, personnage central de l’affaire Grégory, avait accordé une interview à nos confrères du magazine Elle publiée dans leur édition du 9 novembre 2018. Elle se confiait alors sur son incarcération en 2017 et sur la grève de la faim qu’elle avait entamée, preuve de son mal-être.

  • Grégory Villemin

Dès le lundi 20 septembre 2021, TF1 diffuse sa série événement au casting cinq étoiles, Une affaire française. Une fiction adaptée de l’affaire Grégory, du nom du petit garçon retrouvé mort dans la Vologne (Vosges) le 16 octobre 1984. Plus de trente ans plus tard, ce fait divers qui a marqué l’ensemble des Français n’a pas livré tous ses secrets, malgré les nombreux rebondissements de l’affaire. Lors de la découverte du corps du petit garçon, Murielle Bolle, âgée à l’époque de quinze ans, avait accusé son beau-frère d’avoir kidnappé l’enfant. Le 31 octobre 1984, Bernard Laroche et sa femme Marie-Ange sont arrêtés et placés en garde à vue. Le 5 novembre 1984, Bernard Laroche est placé en détention provisoire.

Puis, Murielle Bolle se rétracte. Le 4 février 1985, le juge Lambert, qui s’occupe du dossier, libère Bernard Laroche, qui sera assassiné le 29 mars 1985, par Jean-Marie Villemin, le père du petit Grégory. Plus de vingt ans plus tard, Murielle Bolle avait été interpellée à son domicile, le 28 juin 2017. Elle avait été placée en garde à vue pour des faits de « complicité d’assassinat » et « non-dénonciation de crime ». Une période sur laquelle elle revient lors d’un entretien accordé au magazine Elle et dévoilé dans leur édition du 9 novembre 2018. Celle que l’on surnommait « Bouboule » à l’époque des faits expliquait alors : « J’étais désespérée. Je ne croyais plus en rien. Lorsque j’ai été mise en prison, en juin 2017, j’ai entamé une grève de la faim, et ce sont les gardiens, et mon avocat, qui m’ont dit qu’il fallait que je parle. Ils ont été gentils, humains avec moi. Cela ne m’était jamais arrivé de tomber sur des gens gentils. Avec de la compassion. J’ai aussi décidé de parler pour mes enfants et pour les générations à venir. Mes fils seront toujours ceux de Murielle Bolle, de l’affaire du petit Grégory. Je ne veux pas qu’ils portent ça. Ni ma petite-fille ».

« Je ne suis pas ce monstre que l’on a décrit »

Un témoignage à retrouver plus en détail dans son livre Briser le silence paru aux Éditions Michel Lafon. Murielle Bolle, qui souhaite en finir avec cette affaire, expliquait au sujet de l’écriture de ce livre riche en confidences : « C’est ma façon de me faire entendre. Ma manière à moi de dire aux gens que je ne suis pas ce monstre que l’on a décrit, cette tueuse de gosse. Depuis trente-quatre ans, les journalistes se sont emparés de mon histoire, et on a raconté n’importe quoi. Je veux dire ma vérité, une fois pour toutes, et qu’on me laisse enfin tranquille. »

Source: Lire L’Article Complet