Affaire Jonathann Daval : un rapport d'autopsie épouvantable, les parents quittent la salle

Mardi 17 novembre 2020 avait lieu la deuxième journée d’audience du procès de Jonathann Daval à la cour d’assises de Vesoul. Le médecin légiste chargé de l’autopsie de son épouse, Alexia Daval, a été entendu à la barre.

Restez informée

Pour la famille de la victime, ce fut un moment insoutenable, au point de quitter la salle. Mardi 17 novembre 2020, la cour d’assises de Vesoul a ouvert ses portes pour la deuxième journée d’audience du procès de Jonathann Daval, impliqué dans la mort de son épouse Alexia Daval, retrouvée morte calcinée dans un bois d’Esmoulins le 30 octobre 2017. Une semaine qui s’annonce intense pour la famille de la victime, qui va devoir écouter les analyses et détails sordides des circonstances de la mort de leur fille. À ce jour, plusieurs hypothèses ont été émises dont l’empoisonnement et le viol post-mortem. Alors que le juge évoquait les problèmes d’érection de Jonathann Daval, le médecin légiste a été appelé à la barre pour faire la lecture du rapport d’autopsie de la victime. Pour Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, la liste des coups portés et hématomes relevés sur leur fille est tout simplement insupportable au point de quitter la salle.

“5 à 10 coups au visage et une strangulation de 5 à 6 minutes”

Avec beaucoup de professionnalisme et de précision, le médecin légiste Antoine Tracqui a répondu aux questions de la défense et des parties civiles pendant plus de sept heures. Jonathann Daval a-t-il violé sa femme après sa mort ? Alexia Daval a-t-elle été empoisonnée ? Combien de temps a duré la strangulation ? Autant d’éléments décisifs dans le procès de Jonathann Daval qui ont cependant poussé les parents de la victime à quitter la pièce. Et pour cause, le médecin légiste a évoqué les violentes blessures portées à Alexia Daval le soir du meurtre : “La victime a reçu cinq à dix coups au niveau du visage et de la tête”, a-t-il expliqué, alors que des photos du corps calciné défilaient sur un écran.

De plus, Antoine Tracqui a conclu que les coups portés à la victime avaient été “d’une particulière violence” bien que la strangulation, qui a duré “cinq à six minutes”, soit à l’origine du décès. De son côté, la lecture du rapport d’autopsie a plongé Jonathann Daval dans un terrible malaise. Le principal accusé s’est régulièrement bouché les oreilles pour ne pas entendre et recroquevillé dans le box où il comparaissait. “C’est très compliqué à affronter, le descriptif froid et technique du médecin légiste. Il est dans la prostration, il a beaucoup de mal à affronter cela même si ses déclarations sont claires. Bien sûr qu’il a honte, il est dans la culpabilité”, a déclaré l’un de ses avocats, Maître Samuel Esteve.

Source: Lire L’Article Complet