Affaire Jubillar : ces recherches effectuées par les amies de l'infirmière en pleine nuit

C’est pendant leur recherche nocturne que les amies de Delphine Jubillar se sont confiées dans les colonnes de La Dépêche le jeudi 4 novembre 2021. L’occasion pour elles de faire de faire quelques révélations concernant l’affaire.

  • Delphine Jubillar

Après des mois d’investigations, l’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar reste toujours dans l’impasse. Disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 dans son village de Cagnac-les-Mines, l’infirmière de 33 ans n’a plus jamais donné de ses nouvelles. Et ni les auditions, les battues, les perquisitions ou les fouilles n’ont permis d’éclaircir le mystère. Pour autant, les recherches n’ont jamais cessé. Chiens de la brigade cynophile, équipes de spéléologie, drone, hélicoptère : les officiers de police judiciaire poursuivent les recherches. De leur côté, les amies de la jeune femme ne perdent pas l’espoir de retrouver l’épouse de Cédric Jubillar. Comme le rapporte La Dépêche le jeudi 4 novembre 2021, elle cherchent depuis des mois des traces de celle qui s’est évaporée dans la nuit glaciale à quelques jours du réveillon de Noël. Des proches qui tous les jeudis depuis le début de l’année ratissent les environs. « Et aussi le matin avant le travail, des fois le soir après le travail… », indique Emy à La Dépêche. « Je pense parler au nom de toutes quand je dis qu’on est dépitées, fatiguées… », révèle-t-elle également au média. Leur but ? Trouver un indice pour enfin élucider le mystère. « L’autre jour, on est même sorties à minuit pour vérifier quelque chose », confie à son tour Hélène.

Une vingtaine de volontaires viennent prêter main-forte

Canalisations, barrages, puits ou encore maisons abandonnées : tout est encore inspecté. Mais scène de crime, les incertitudes demeures. D’autant plus que ce coin vallonné du Tarn est entouré de bois denses traversés par des rives escarpées. Une topographie qui rendent donc les opérations extrêmement difficiles. La commune, dotée également d’un passé minier, apparaît donc comme un véritable casse-tête pour ceux qui poursuivent leurs investigations. C’est pourquoi, après l’appel lancé sur les réseaux sociaux par les amies de Delphine Jubillar, une vingtaine de personnes sont venues prêter main-forte. « J’ai le même âge qu’elle, mes enfants ont le même âge que les siens. On avait des amis en commun aussi », explique Mélanie à La Dépêche. Et d’ajouter concernant sa présence : « De toute façon, ce n’est pas là que l’on va trouver quelque chose, c’est plutôt pour se donner bonne conscience« . Une poursuite des investigations qui s’inscrit dans une volonté de percer au plus vite le mystère de cette affaire non élucidée. En effet, plus de dix mois après la disparition de la mère de Louis et Elyah, Cédric Jubillar clame toujours son innocence. Et s’il reste présumé innocent jusqu’à l’issue définitive d’un procès, le peintre-plaquiste demeure toujours le suspect numéro 1.

A lire aussi : Le coup de gueule de l’avocat de Cédric Jubillar : « Peu de choses suffisent à placer un homme en détention »

Source: Lire L’Article Complet