Affaire Jubillar : la réaction de Cédric à l'arrivée de la police, la nuit de la disparition de sa femme Delphine

Lundi 6 septembre 2021, la chaîne NRJ12 diffusait un nouvel épisode de l’émission Crimes spécialisé les affaires des disparitions de Delphine Jubillar et Lucas Tronche. L’avocate de Cédric Jubillar, Emmanuelle Franck était invitée sur le plateau et s’est confiée sur la réaction du père de famille au moment de l’arrivée de la police.

  • Delphine Jubillar

Depuis le lundi 16 novembre 2020, Delphine Jubillar est portée disparue. C’est son mari, Cédric Jubillar qui a prévenu la gendarmerie après s’être rendu compte que sa femme n’était plus là. Il a expliqué qu’elle était partie promener les chiens mais qu’elle n’était jamais revenue. Suite à cela, de nombreuses battues ont été organisées dans la région afin de retrouver la trace de l’infirmière de 33 ans, en vain. Tous les regards se sont rapidement tourné vers Cédric Jubillar, le mari. Et pour cause, il était en train de se séparer de sa femme. Delphine Jubillar avait prévu de le quitter après les fêtes de Noël, elle qui avait refait sa vie avec un autre homme. Une découverte qui aurait pu pousser le père de famille à commettre le pire. Vendredi 18 juin 2021, Cédric Jubillar est placé en détention provisoire pour “homicide volontaire sur conjoint”. Depuis, il ne cesse de clamer son innocence soutenu par son avocat, Me Jean-Baptiste Alary, qui regrette que le dossier de son client soit “désespérément vide”, comme il le confiait dans les colonnes d’Actu Toulouse, vendredi 23 juillet 2021.

“Ils font face à un homme terrorisé”

Lundi 6 septembre 2021, le magazine Crimes, diffusé sur la chaîne NRJ12, présentait une émission spéciale sur les disparitions de Delphine Jubillar et de Lucas Tronche. À cette occasion, l’autre avocate du père de famille, Emmanuelle Franck était invitée sur le plateau de Jean-Marc Morandini, elle s’est confiée sur les premières réactions de Cédric Jubillar suite à l’arrivée de la police : “Les gendarmes arrivent, ils sont face à un homme qui est terrorisé, affolé, qui a appelé les services de gendarmerie à 4 heures 09. Et lorsqu’ils arrivent sur place, ils font face à un homme qui est particulièrement anxieux. Donc quand ils arrivent, ils font face à un homme complètement terrorisé, ils n’ont pas le sentiment d’avoir à faire à un suspect. Ce n’est qu’après qu’il sera désigné comme coupable”, explique-t-elle. Avant d’ajouter : “Au début quand ils arrivent, ils ont vraiment à faire à une personne qui vient de perdre sa femme et qui ne sait pas où elle est, avec tous les sentiments qui vont avec et ils n’ont pas de raison d’aller fouiller cette maison”, assure Emmanuelle Franck.

Source: Lire L’Article Complet