Affaire Troadec : cette demande sordide du couple à leur jeune fils après le massacre

Lundi 5 juillet 2021, le procès d’Hubert Caouissin, poursuivi pour quatre meurtres dans l’affaire Troadec, a suivi son cours aux assises de Loire-Atlantique. Selon l’un des témoignages, le fils du couple accusé était chargé d’une mission sordide après le massacre.

Restez informée

Un enfant au cœur des débats. Lundi 28 juin 2021, a débuté le procès d’Hubert Caouissin à la cour d’assises de Loire-Atlantique pour le meurtre de quatre membres de la famille Troadec dans la nuit du 16 au 17 février 2017, à Orvault. Lydie Troadec, sœur de Pascal Troadec, accusée de “recel de cadavres” et “modification des lieux du crime”, était également présente au tribunal de Nantes. Mais lundi 5 juillet 2021, au 15e jour de procès, il n’était pas question de l’épouse de l’accusé mais de leur fils, surnommé “Jean”, âgé de huit ans au moment des faits. Et pour cause, le jeune garçon était parfaitement au courant du massacre commis par son père. Des souvenirs qui ont permis aux juges de la cour d’assises de mieux cerner le profil psychiatrique de l’accusé, comme l’ont révélé nos confrères de 20 Minutes le jour même.

Le fils d’Hubert Caouissin “était chargé de surveiller BFMTV”

“Il est resté plusieurs nuits seul dans la ferme isolée de Pont-de-Buis pendant que ses parents allaient nettoyer la scène de crime et récupérer les corps”, a témoigné Tiffany Blondel, cheffe d’équipe au conseil départemental du Finistère, en charge de récupérer l’enfant le 8 mars 2017 peu après l’incarcération de ses parents. À la barre, cette dernière a également évoqué une requête faite par Hubert Caouissin à son fils : “Dans les jours suivants, il était chargé de surveiller BFMTV en quête d’informations sur l’enquête policière”, a-t-elle expliqué. Et d’ajouter que le petit garçon avait vu “une barre de fer avec un bout pointu et une tache de sang” que son père aurait “jetée dans l’eau”.

Dans le même témoignage, Tiffany Blondel est revenue sur les dessins réalisés par le fils d’Hubert Caouissin trois semaines après le massacre : “L’enfant était dans la véranda de sa grand-mère en train de dessiner. Je me souviens d’avoir vu quelque chose d’assez morbide. Il y avait des tuyaux avec du sang qui coule”, a-t-elle expliqué. Joëlle Siffier, cheffe de service en protection de l’enfance, a quant à elle décrit “Jean” comme un enfant meurtri, “isolé avec ses parents, déscolarisé pendant plusieurs mois, souffrant d’une exigence éducative trop forte de la part de son père”. Le verdict est attendu mercredi 7 juillet 2021 en fin de journée. Hubert Caouissin encourt la réclusion criminelle. Son ex-compagne, Lydie Troadec encourt trois ans d’emprisonnement.

Source: Lire L’Article Complet