Alain Bernard marqué au fer rouge par Dropped : « Ce drame est ancré en nous »

Pendant le tournage d’’un nouveau programme télévisé, Alain Bernard, nageur médaillé, a assisté à un terrible accident d’hélicoptères, causant la mort d’une dizaine de personnes. Un incident sur lequel le sportif est revenu, à l’occasion de la parution de son autobiographie.

Six ans plus tard, Alain Bernard ne peut pas oublier. À peine son livre autobiographique paru, Alain Bernard, Mon destin olympique, le nageur professionnel s’est vu interviewer par franceinfo ce mercredi 10 novembre. Une interview dans laquelle il a mentionné un accident qui a profondément marqué sa mémoire : une collision entre deux hélicoptères, survenue lors du tournage de l’émission de survie Dropped, le 9 mars 2015, faisant 10 victimes. « Ce drame est ancré en nous. Il y a eu un avant et un après Dropped, car on ne sort pas indemne d’un tel accident », a déclaré le sportif à la chaîne d’information.

Le trentenaire a eu bien du mal à tourner la page et à reprendre un rythme quotidien après ce drame marquant : « J’ai eu besoin d’évacuer certaines choses, et de dire que je pensais encore énormément, très souvent, aux très proches de ces personnes disparues », a-t-il confié. Car le champion olympique connaissait quelques-unes de victimes présente dans ces hélicoptères : Camille Muffat, elle aussi nageuse, Florence Arthaud, navigatrice, et Alexis Vastine, un jeune boxeur. Des sportifs disparus trop tôt qui ont réveillé chez Alain Bernard, une furieuse envie de vivre. « J’ai raisonné de manière différente, et parfois même de manière disproportionnée, sans tomber dans l’alcoolisme ou autre, mais je faisais la fête un peu plus à ‘outrance' », a-t-il avoué, avec cette pensée « que la vie pouvait s’arrêter à tout moment ».

La douleur toujours présente

« Finalement, c’est à ce moment-là que j’ai fait ma crise d’adolescent, que je n’avais jamais faite auparavant », a expliqué Alain Bernard. Si le nageur, présent lors de ce drame, vit aussi mal ce souvenir, certains proches des personnes disparues, à l’instar du père d’Alexis Vastine, n’arrivent pas à tourner la page. Dans une interview accordée à Télé-Loisirs ce mardi 9 novembre, son père a tristement confié : « Je ne peux m’empêcher tous les jours d’aller me recueillir sur sa tombe » ; il aurait même tenté, selon ses mots de « rejoindre son fils », qui aurait dû célébrer ses 35 ans dans une semaine.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : JACOVIDES-MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet