Alessandra Sublet divorcée 2 fois : cette remarque étonnante de sa psy

Invitée de l’émission Ça fait du bien sur Europe 1, Alessandra Sublet a abordé ses divorces passés ainsi que le rendez-vous chez une psychologue qui a suivi l’un d’entre eux.

Une vie amoureuse mouvementée. Dans son livre “J’emmerde Cendrillon”, Alessandra Sublet consacre des chapitres à ses amours passés, y évoquant notamment ses deux divorces. Face à cette situation qui s’est répétée, l’animatrice de TF1 avait décidé d’aller voir pour la première fois une psychologue à l’issue de sa rupture avec le producteur de cinéma Clément Miserez en 2019. Une initiative venue de son entourage proche qui lui a dit qu’elle devait “peut-être [se] remettre en question”. “Alors que moi, je pense que j’étais sûre de ce que je faisais“, a-t-elle indiqué dans Ça fait du bien, l’émission animée par Anne Roumanoff sur Europe 1, ce mardi 6 juin.

Alessandra Sublet ne garde pas un bon souvenir de son rendez-vous chez la psychologue qui s’est avéré bref. “Elle m’a dit ‘vous n’avez pas de doute ?’. J’ai dit ‘non’. Elle me dit ‘Bah, vous n’avez rien à faire dans mon bureau alors’, a-t-elle raconté. C’était une seule séance mais encore une fois c’est parfois les autres qui vous mettent dedans. Mais, vraiment si c’est votre choix, si les choses sont saines et que vous faites les choses biens, c’est quoi le problème ? Ça ennui finalement les autres plus que vous parfois”, s’est défendue Alessandra Sublet face aux critiques lui reprochant d’avoir divorcée deux fois.

Une juge y est également allée de sa remarque

Au micro d’Europe 1, Alessandra Sublet est également revenue sur son divorce avec Thomas Volpi, son premier mari après seulement quelques mois de mariage. Au tribunal de Paris, en juin 2009, un échange avec la juge en charge du dossier l’a particulièrement marquée : “À l’époque j’anime L’amour est dans le pré, et donc en rentrant la juge me dit : ‘Pour une marieuse d’agriculteurs, ce ne pas forcément ce qu’il y a de mieux‘”, a confié la membre du jury de Mask Singer. Face à cette situation, elle regrette notamment que son interlocutrice ait confondu deux choses, “l’émission que je présente et moi”.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet