Alexandre Benalla condamné : l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron fait appel de la décision de justice

Vendredi 5 novembre 2021, nos confrères du Monde ont rapporté qu’Alexandre Benalla avait été condamné à trois ans de prison dont un ferme aménagé. L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron a décidé, selon BFMTV, de faire appel de cette décision.

  • Alexandre Benalla

Le tribunal correctionnel de Paris, le vendredi 5 novembre 2021, a condamné Alexandre Benalla à trois ans de prison, dont un ferme aménagé sous bracelet électronique, a rapporté Le Monde. L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron a été reconnu coupable d’avoir fraudé en utilisant ses passeports diplomatiques après son licenciement, et d’avoir créé un document factice afin d’obtenir un passeport de service. Outre l’usage de faux, l’homme âgé de 30 ans était inquiété pour s’être fait passer pour un policier et avoir porté plusieurs coups à un manifestant, place de la Contrescarpe le 1er mai 2018. Un an plus tôt, il lui avait été reproché d’avoir porté un pistolet sans autorisation à Poitiers. « Vous avez été investi d’un certain pouvoir, réel au regard de vos fonctions, supposé du fait de votre proximité avec le président de la République. Vous avez trahi la confiance qui vous a été faite par cette nomination », a affirmé la présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, rapportent nos confrères du Point le 5 novembre. Cette décision a été rendue après le déroulement d’un procès sur trois semaines en septembre 2021, pendant lequel le tribunal a examiné un par un les faits reprochés à Alexandre Benalla.

Alexandre Benalla conteste sa condamnation

Quelques heures après sa condamnation, Alexandre Benalla a décidé, avec son avocate, de faire appel de la décision qui a été rendue par le tribunal correctionnel. « Alexandre Benalla va évidemment interjeter appel de ce jugement « , a affirmé, le 5 novembre 2021, Jacqueline Laffont, l’avocate d’Alexandre Benalla, sur l’antenne de BFMTV. L’avocate estime que son client est victime d’un « déchaînement médiatique », d’une « débauche de moyens sur le plan judiciaire » et d’une obligation pour la justice de condamner ce dernier. La condamnation qui pèse sur Alexandre Benalla serait, selon elle, d’une « sévérité inouïe en totale disproportion avec les faits et avec les réquisitions du parquet ».

A lire aussi : Emmanuel Macron et Gérard Larcher « ne se parlent plus »… à cause de l’Affaire Benalla

Source: Lire L’Article Complet