Alina Kabaeva : la compagne de Vladimir Poutine n’est pas sortie d’affaire…

Après les États-Unis, c’est au tour de la Belgique de réfléchir à des sanctions pour la compagne supposée de Vladimir Poutine, Alina Kabaeva. Comme des nombreuses personnalités russes, l’ex-gymnaste pourrait faire l’objet d’une interdiction d’entrée dans l’Union européen et d’un gel de ses avoirs.

Les ennuis continuent pour Alina Kabaeva. Depuis le début de la guerre en Ukraine, fin février 2022, les personnalités publiques et oligarques russes sont nombreux à souffrir des sanctions économiques mises en place par l’Union Européenne. Ce jeudi 5 mai, Bruxelles a proposé que l’ex-athlète et prétendue compagne de Vladimir Poutine depuis plus de dix ans, Alina Kabaeva, fasse également partie de cette liste en raison de son rôle dans la « propagande » du Kremlin et de ses liens « étroits » avec le président russe. Cela entraînerait une interdiction d’entrée dans l’UE assorti d’un gel de ses biens.

Étant la « présidente du conseil d’administration du groupe National Media Group (NMG) », une holding qui détenant d’importantes parts dans presque tous les principaux médias russes responsables de la propagande du gouvernement russe, Alina Kabaeva est très surveillée par le Service européen pour l’action extérieure. De plus, la jeune femme serait, selon les informations du Wall Street Journal, décrite par un rapport confidentiel des renseignements américains comme une « bénéficiaire de la fortune de Vladimir Poutine ». Une position sensible qui condamne Alina Kabaeva, réapparue à Moscou à l’occasion de son festival annuel de gymnastique, à l’hypervigilance quant à chacun de ses faits et gestes.

>> PHOTOS – Alina Kabaeva : l’évolution physique de la célèbre gymnaste et compagne de Vladimir Poutine

Les filles de Vladimir Poutine déjà sanctionnées par les États-Unis

En 2008, Vladimir Poutine, encore marié à la mère de ses filles, Lioudmila Chkrebneva, avait démenti toute relation avec la sportive. Mais de nombreux éléments, dont un luxueux yacht sur lequel Alina Kabaeva a l’habitude d’aller et qui appartient au chef d’État russe, la relierait directement à son compagnon. Si la justice américaine avait un temps penser inclure l’ex-championne olympique dans son fichier des personnalités indésirables sur son sol, elle a finalement décidé de ne pas la sanctionner, par peur que ce geste « attise davantage les tensions avec la Russie ». Les équipes de Joe Biden ont toutefois précisé que la jeune femme de 38 ans, tout comme les autres proches de Vladimir Poutine, n’étaient « pas à l’abri » de représailles.

Le 6 avril 2022, les États-Unis n’ont pourtant pas hésité à geler les comptes bancaires et saisir tous les avoirs que Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova, les filles de Vladimir Poutine, possèdent outre-Atlantique. Les très discrètes héritières du président russe étaient suspectées d’abriter sur leurs comptes une partie de la fortune de leur père qui, sévèrement sanctionné par l’Europe pour son attaque de l’Ukraine, tenterait de sauvegarder son argent par l’intermédiaire de ses proches.

Crédits photos : ITAR TASS / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet