Anne-Elisabeth Lemoine se désole : « C’est chaud, j’ai l’impression que tout repose sur mes épaules »

De nature discrète sur sa vie privée, Anne-Elisabeth Lemoine s’est laissée aller à quelques confidences auprès du Journal du dimanche. Son quotidien sans relâche la pèse.

Quand elle ne prépare et ne présente pas ses émissions, C à vous sur France 5 et 6 à la maison sur France 2, Anne-Elisabeth Lemoine gère tout le reste : “Les courses, les rendez-vous chez l’orthophoniste, les charges à payer…” Maman de deux enfants, âgés de 17 et 7 ans, la journaliste reste toujours au garde-à-vous“C’est chaud ! Comme des millions de femmes qui travaillent, j’ai l’impression que tout l’orchestre repose sur mes épaules !”, se désole-t-elle dans les colonnes du Journal de dimanche, ce 15 novembre. Si son époux architecte, Philippe Coelho, assure les autres tâches quotidiennes, un sentiment lui pèse. “Quoi qu’on en dise, la charge mentale revient encore essentiellement aux femmes”, se consterne-t-elle. Le relâchement, celle qui peut se targuer d’être l’une des animatrices les plus célèbres du PAF, ne l’embrasse jamais.

Son emploi du temps ne le lui permet pas. Pourtant, Anne-Elisabeth Lemoine trouve toujours le temps de garder des liens avec sa famille. Tout particulièrement avec son père, qui lui est d’une aide précieuse. “Il est même arrivé qu’il me suggère des noms d’invités. Je tiens compte de son avis, comme de celui de n’importe quel téléspectateur dont je lis les commentaires sur les réseaux sociaux.” Son quotidien se résume à jongler entre sa vie professionnelle et personnelle. Pourquoi ne pas mêler les deux, tant qu’elle reste “à l’écoute, sans perdre son cap”. Alors, elle profite de chaque instant précieux avec les siens. Comme une balade dominicale à vélo avec sa petite troupe sur les quais de Seine, “le plus loin possible durant l’heure de promenade octroyée” en cette période de confinement.

Loin de ses proches

Passer du temps avec toute sa famille, celle que beaucoup surnomment “Babeth” en rêve. En compagnie de ses deux frères et de ses cinq sœurs, l’ancienne chroniqueuse d’Anne-Sophie Lapix adorerait retrouver ses parents, dans le Val-d’Oise. Mais les règles sanitaires le lui interdisent. Celle qui se désole de ne pas avoir eu “de réunion familiale depuis le premier confinement” l’assure : “C’est un crève-cœur, mais il me faut moi aussi respecter les conseils que l’on donne chaque soir à la télévision.

Article réalisé avec l’agence 6 Médias

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet