Anne Hidalgo en colère après l’accord entre Jean-Luc Mélenchon et le PS : “Je n’accepte pas cette injustice”

Dans une déclaration écrite, relayée sur Twitter le 5 mai 2022, Anne Hidalgo critique l’accord LFI-PS mais « ne souhaite pas l’empêcher ». De plus, la femme politique crie à « l’injustice ». La raison : Lamia El Aaraje, députée socialiste sortante, sommée de se retirer dans la 15e circonscription de Paris au profit de l’insoumise Danielle Simonnet.

“Je ne souhaite pas empêcher un accord électoral qui vise à combattre la régression écologique et sociale.” Dans une déclaration transmise à l’AFP, et relayée sur Twitter ce jeudi 5 mai, Anne Hidalgo a donné son point de vue au sujet de l’accord pour les législatives entre LFI et le PS. Selon ses propos, « cet accord ne se fait pas dans le respect des personnes, ni dans le respect des élus implantés dans les territoires ». Anne Hidalgo prend pour exemple « la jeune députée Lamia El Aaraje de la circonscription du 20ème arrondissement de Paris, alors même qu’elle l’avait remportée il y a un an dans les urnes »

La socialiste, qui entendait briguer un second mandat lors des législatives de juin, a été contrainte de se retirer au profit de la candidate insoumise Danielle Simonnet. Une conséquence directe des négociations entre La France insoumise et le Parti socialiste. Affirmant ne pas « accepter cette injustice qui doit être réparée », Anne Hidalgo assure qu’elle « sera à ses côtés », sans préciser si elle encourage Lamia El Aaraje à présenter une candidature dissidente.

Pour autant, si la maire de Paris juge que l’accord conclu entre les deux partis « ne porte pas les garanties nécessaires sur des sujets essentiels », elle ne souhaite pas l’empêcher. « J’entends l’aspiration du peuple de gauche à un rassemblement pour s’opposer aux reculs sociaux et pour porter un espoir écologique et social », explique Anne Hidalgo. Et l’ex-candidate du PS à la présidentielle de préciser : « J’entends l’aspiration de notre jeunesse à un autre monde. Je la partage. Nous avons une responsabilité majeure ». Selon elle, « une reconstruction de la gauche s’impose », mais, précise-t-elle, « loin des tentations populistes ».

Ma déclaration sur l'accord à gauche pour les élections législatives de juin 2022.#Nupes pic.twitter.com/jsVpo3IGRe

>>> PHOTOS – Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Anne Hidalgo… Voici le métier des candidats avant de se lancer en politique

Anne Hidalgo pointée du doigt par Rachida Dati

Lundi 2 mai 2022, Rachida Dati avait fustigé Anne Hidalgo à propos d’un projet consistant à raser des arbres centenaires au pied de la tour Eiffel, pour y créer des bâtiments commerciaux. Alors que la maire de Paris avait finalement fait machine arrière, comme l’avait relayé Hugo Clément sur Twitter, la mère de Zohra n’avait pourtant pas hésité à donner son point de vue. « Jamais Anne Hidalgo n’a tenu une promesse ! Ne vous faites pas avoir Hugo Clément, avait-elle averti. Et d’ajouter : « Locaux commerciaux, restauration ambulante, bagagerie pour touristes, suppression de 10 % des espaces verts, destruction de sculptures du XIXe, de jardins classés, bétonisation… sont maintenus. Le Champ-de-Mars et le site historique de la tour Eiffel au Trocadéro méritent d’être durablement protégés ! Le combat doit se poursuivre ! »

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet