Antoine Griezmann accusé de racisme : ses explications relancent la polémique

Après l’affaire de la blackface, Antoine Griezmann est à nouveau accusé de racisme pour deux vidéos ciblant les Asiatiques. Sans présenter ses excuses, le footballeur s’est expliqué. Mais ses propos n’ont fait que remettre de l’huile sur le feu.

Antoine Griezmann

La vidéo, tournée à l’été 2019 dans un hôtel au Japon, ne cesse de faire polémique depuis qu’elle a été partagée sur les réseaux sociaux : on peut y entendre Ousmane Dembélé se moquer des employés qui installent une console de jeux. « Toutes ces sales gueules pour jouer à PES mon frère », « Oh putain la langue », « Vous êtes en avance ou vous n’êtes pas en avance dans votre pays ? », lance le footballeur, sous les ricanements de son camarade Antoine Griezmann. Accusés de racisme, au cœur d’une polémique qui ne cessait d’enfler ces derniers jours, les deux sportifs ont publié des messages pour tenter de calmer le jeu. « Je me suis toujours engagé contre toute forme de discrimination. Depuis quelques jours certaines personnes veulent me faire passer pour l’homme que je ne suis pas. Je réfute avec fermeté les accusations qui me sont portées et je suis désolé si j’ai pu offenser mes amis japonais », a déclaré Antoine Griezmann. Cette déclaration, qui ne comporte aucune excuse ou début de remise en question, n’a pas eu l’effet escompté.

Antoine Griezmann suscite la colère des internautes

« C’est maigre comme mot d’excuse… Surtout quand on voit que le comportement irrespectueux vis à vis des Japonais existait déjà l’année dernière chez Griezmann… Bonjour la langue de bois ! », s’est notamment indignée l’Association des Jeunes Chinois de France. Car au delà des images capturées à l’hôtel avec Ousmane Dembélé, une autre vidéo, datant également de 2019, a provoqué l’indignation. On peut y voir Antoine Griezmann prendre un accent « asiatique » qui n’existe pas, en disant « tching tchong ». Le footballeur étant censé être engagé contre le racisme, cette sortie a mis en colère bien des membres des communautés asiatiques françaises. « Vous étiez l’idole de mon fils de 10 ans vous décevez tout le monde. Le genou à terre ? Espèce d’hypocrite », « C’est à cause de moqueries comme ça que ma fille rentre en larmes de l’école parce que d’autres enfants lui ont dit “sale ching chong”, “mangeuse de chiens”. Vous normalisez des comportements abjects qui valent pour toutes les formes de discriminations », lui a-t-on notamment répondu.

Avec pédagogie, la journaliste Linh-Lan Dao a expliqué pourquoi Antoine Griezmann avait « beaucoup de déconstruction devant lui, et de remise en question à pratiquer » : « Le racisme n’est pas qu’une idéologie postulant une hiérarchie des races. II désigne aussi “une attitude d’hostilité, allant du mépris à la haine, à l’égard d’un groupe humain défini sur la base d’une identité raciale ou ethnique”, a-t-elle rappelé. J’ai vu dans l’attitude d’Antoine Griezmann ce mépris envers les Japonais. Et aujourd’hui, je constate qu’il n’y a pas de remise en question. […] C’est navrant. » Au moins autant que lorsqu’Adil Rami avait été épinglé pour des faits similaires en juin 2020 et avait refusé de s’excuser. Il avait même insulté publiquement un internaute qui dénonçait son imitation très caricaturale. A l’évidence, certains footballeurs ne s’engagent pas contre toutes les formes de racisme.

Scandaleux de voir que @AntoGriezmann récidive… Après son black face, c'est la communauté asiatique dont il se moque 😡😡 Là, c'est plus de l'éducation qu'il faut faire mais plutôt infliger des réelles sanctions (cc @FFF @FCBarcelona @ChampionsLeague) https://t.co/JYit4TQ1C6

Je ne sais pas ce qu'il ya de plus triste dans cette histoire l'hypocrisie de Griezmann, les fans qui le défendent alors que cela semble clair ou le fait que le racisme anti-asiatique passe crème ……..

En cas de manque d'inspiration pour des messages d'excuse qui en sont vraiment, @gracefullyfried fait le job. Brillant. pic.twitter.com/E1tHMRIPfq

On peut toujours s'auto-proclamer non raciste, et s'excuser. Mais c'est bien Antoine Griezmann qui a caricaturé l'accent japonais de façon raciste en mode "tching-tchong-Nagasaki" sur une vidéo datant de 2019, et qui est l'auteur d'un blackface en 2017. pic.twitter.com/Gprq4u6GTQ

Source: Lire L’Article Complet