Bernard Tapie : son mobilier aux enchères pour une somme colossale

Dominique Tapie a mis aux enchères les meubles et oeuvres de sa propriété de l’hôtel de Cavoye, à Paris, après la mort de son mari Bernard Tapie. Une vente qui a pour but d’éponger les dettes contractées du vivant de l’homme d’affaires, rapporte samedi 7 mai le Journal du Dimanche.

  • Bernard Tapie

Pour éponger les dettes contractées par Bernard Tapie, sa veuve Dominique se sépare de leurs biens. De son vivant, l’homme d’affaires devait rembourser la somme de 600 millions d’euros, dont une grande partie de la somme est liée à la célèbre affaire du Crédit Lyonnais. Si Dominique Tapie a refusé de toucher l’héritage de son mari, elle doit encore rembourser 300 millions d’euros. Ainsi, le Journal du Dimanche révèle samedi 7 mai 2022 qu’une vente aux enchères du mobilier de l’hôtel de Cavoye intitulée « La Collection Bernard Tapie, une passion française » se tiendra le 6 juillet 2022 à l’Atelier Richelieu, dans le IIème arrondissement de Paris. Le lieu renferme un patrimoine estimé entre 4 et 5 millions d’euros, rapporte le JDD. À l’intérieur, de nombreuses pièces d’exception, avec des tapis polychromes de la Savonnerie époque Louis XV, le tableau intitulé Triomphe de Neptune et signé du peintre flamand Paul de Vos ou encore un lustre à huit bras de lumière d’époque Régence. Certains pourraient être à la vente : les acheteurs auront le choix entre 13 tableaux, 14 tapis,128 meubles et 25 luminaires dont un lustre classé monument historique.

Des pièces entreposées dans les musées ?

Trois pièces pourraient intéresser des musées, comme le révèle la commissaire-priseuse de la maison parisienne Artus Enchères Allemand Nguyen-Hong. L’hebdomadaire rapporte que « les pièces présentées, comme le lieu qui leur a servi d’écrin, démontrent une exigence et une curiosité pour l’art en général, et plus particulièrement pour les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, mais soulignent aussi un goût certain pour ‘l’art de vivre à la française' ». Une nouvelle page dans l’histoire des Tapie, après la vente de l’hôtel particulier de la rue des Saints-Pères, racheté par François Pinault. Pour rappel, en juin 2021, le parquet général avait requis à l’encontre de Bernard Tapie une peine de cinq ans de prison avec sursis et 300.000 euros d’amende pour « complicité d’escroquerie » et « détournement de fonds publics ». Mort le 3 octobre 2021 des suites d’un double cancer, Bernard Tapie n’aura pas été jusqu’au bout du procès.

Source: Lire L’Article Complet