Bernard Tapie, soucieux de sa mort et de sa réputation ? "Je m'en fous complètement !" – VIDEO

Lundi 26 avril 2021, Bernard Tapie, atteint d’un cancer depuis quatre ans, était invité au JT de 20h sur TF1. L’homme d’affaires a évoqué sa mort mais aussi l’image que l’opinion publique gardera de lui. Un héritage dont il se “fout complètement”.

  • Bernard Tapie

Un homme fort qui n’a (presque) plus rien à perdre. Les quatre années qui viennent de s’écouler ont littéralement transformé Bernard Tapie. Si le double cancer de l’œsophage et de l’estomac dont il est atteint l’a affaibli physiquement, avec une perte de poids massive, il n’aura fait que l’endurcir psychologiquement. Le papa de Stéphane et Sophie Tapie mise aujourd’hui sur la résilience et n’a plus peur de rien, pas même de sa propre mort. Lundi 26 avril 2021, l’ancien patron de l’OM était l’invité du JT de TF1 pour donner de ses nouvelles et revenir sur l’agression dont lui et son épouse ont été victimes le 4 avril 2021. Une épreuve traumatisante pour Dominique Tapie… à peine contrariante pour son mari. Avec la même nonchalance, l’invité de Gilles Bouleau a évoqué sa mort et l’image qu’il laissera de lui.

“Ce qu’ils vont penser je le sais, je n’ai pas besoin d’attendre d’être mort”

En effet, alors que le présentateur du JT lui demande ce qu’il aimerait que l’on dise de lui après sa mort, Bernard Tapie, d’une voix à peine audible, lui répond en faisant promettre de “ne pas répéter” : “Je m’en fous complètement”. Une réponse qui a fait sourire Gilles Bouleau. Amusé, l’homme accusé d’escroquerie dans l’affaire de l”arbitrage d’un match de l’OM ajoute : “C’est pas ce qu’ils vont dire qui m’intéresse c’est ce qu’ils vont penser et ce qu’ils vont penser je le sais, je n’ai pas besoin d’attendre d’être mort (…) 10.000 lettres par jour quand ça va bien et deux lettres par jour quand ça va mal ! Voilà ne vous cassez pas la tête”, a finalement conclu l’homme d’affaire.

Cependant, une autre déclaration de Bernard Tapie a créé une légère polémique sur les réseaux sociaux. En effet, toujours au sujet de son cancer, l’invité de Gilles Bouleau a indiqué que le combat contre la maladie n’était pas une preuve de courage mais une obligation envers les siens : “Il faut que chacun trouve le mobile de son combat, celui qui est universel, c’est d’arrêter de faire souffrir ceux qui sont autour de nous. Eux aussi souffrent. On n’a pas à se vanter de trouver le courage. Il est à la portée de tout le monde. Il faut se battre !” Des paroles fortes, à l’image de Bernard Tapie, dont le cancer a désormais envahi son œsophage, ses reins, ses poumons, son estomac et maintenant son cerveau.

🗣 Bernard Tapie : “Je m’en fous de ce que l’on dira de moi le jour où je ne serai plus là, l’important c’est ce que l’on va penser, et ça je le sais. Je reçois 10.000 lettres par jour quand ça va bien, et 2 quand ça va mal.”

📺 #BernardTapie #LE20H @GillesBouleau. pic.twitter.com/G2spXXpDkh

Source: Lire L’Article Complet