« Ça sent le pâté » : Emmanuel Macron et ses calculs raillés

Questions régaliennes mises en avant, annonces sur la haute administration… autant de calculs, à la veille de la présidentielle de 2022, aujourd’hui raillés par certains.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Marine Le Pen

“Bien sûr que Marine Le Pen peut être élue présidente en mai 2022 !”, c’est ainsi que démarre le papier du Point, sur cette pensée d’un grand nombre de responsables politiques, sous le couvert de l’anonymat. Et certains même au coeur de la majorité. Les actions du gouvernement ces dernières semaines, entre questions régaliennes mises en avant ou opérations de communication sur la haute administration, laissent penser à certains, et même à l’étranger, que la macronie s’épuise et ne pourra faire rempart très longtemps à l’extrême droite.

“Ça sent le pâté, lâche un centriste, comme rapporté par nos confrères. À force de tripoter le RN dans tous les sens et de le faire monter, n’est pas Mitterrand qui veut. Macron peut se faire déborder”. Selon Olivier Faure, le président de la République “tire tellement sur la corde qu’il va finir par la péter et donner les clefs à l’extrême droite”. Accusant ainsi Emmanuel Macron de “paver le chemin du RN vers l’Élysée”.

Le président en zone de danger

Un grand nombre des ministres à l’instar du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, qui est venu “donner un coup de main” à la tête de liste LRM dans le Nord, mais aussi Jean Castex, qui a annoncé dans le JDD le retrait de la liste La République en marche en Paca, au profit du sortant Les Républicains, prennent des risques dans ce combat. Et alors que les paris sur un remaniement à Matignon vont bon train, certains se demandent même si le président lui-même ne se retrouverait pas en zone de danger en n’apparaissant plus comme un rempart contre le Marine Le Pen.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet