Caisses automatiques : faut-il les snober ?

Elles se sont peu à peu installées dans les supermarchés pour piquer le boulot des caissières. Le progrès, c’est parfois déprimant.

Restez informée

Avez-vous déjà essayé de passer un étendoir à linge devant un lecteur de code-barres, bien caché sous l’ordinateur d’une caisse automatique ? C’est impossible. Qu’auriez-vous fait à ma place ? J’ai essayé d’arracher l’étiquette et une « animatrice », courroucée, s’est précipitée vers moi. C’est cela, la grande marche vers l’automatisation. Plus de « bonjour », de « merci » ni de ces micro-discussions sur le temps qu’il fait ou le chien qu’on a laissé dehors. Si vous vivez seule et que vous ne parlez déjà pas beaucoup à la maison, ce n’est pas ici que vous allez engranger un peu de contacts humains !

Posez ça sur le tapis et on enchaîne

Par contre, vous pourrez faire le plein de stress. La caisse automatique doit aller vite et les clients hargneux qui attendent leur tour ne font pas de cadeau. Il faut repérer en une fraction de seconde le code-barres sur le produit. Vous avez pensé à peser les fruits et les légumes ? Ça vaudrait mieux pour vous. Allez, hop hop hop, posez ça sur le tapis et on enchaîne !

Et si votre petit-fils a pris ses Pépito avant la fin… alors là, désolée, vous avez perdu. La caisse clignote en rouge : tout est bloqué. Le poids prévu n’y est pas. Penaude, vous devez attendre que « l’animatrice » vienne réparer la bêtise. Elle a l’habitude, car l’ordinateur maudit est une petite chose fragile. Vous voulez revenir en arrière, à cause du scan qui a bipé deux fois ? En panne. Vous essayez de passer un sachet de noix de pécan qu’il ne connaît pas ? En panne. Dans ce Monoprix de quartier, en moyenne deux de ces saletés sur six installées sont hors service chaque jour.

À quand les supermarchés 100 % autonomes ?

La prochaine fois, c’est sûr, vous ferez la queue comme avant devant une caisse gérée par une vraie personne avec un tapis assez grand pour y mettre toutes vos courses. Mais pour combien de temps ? Le métier de caissière risque fort de disparaître dans les prochaines années, comme le prophétise l’Institut Sapiens. À quand les supermarchés 100% autonomes ? En 2018, Amazon a ouvert son premier magasin test aux États-Unis. Plus de problèmes de caisse automatique puisque vous ne passez pas à la caisse du tout. À la place, des caméras et des capteurs repèrent ce que vous mettez dans votre panier et calculent le total à la fin. Les clients sont facturés directement via leur téléphone portable, sur le compte qu’ils ont créé pour entrer dans la boutique. Monoprix a ouvert cette année un espace de ce type, et d’autres sont sur les rangs. Déprimant ? Mais non, c’est le progrès. Enfin, il paraît…

Un métier en voie d’extinction

5 à 10 % des « hôtes et hôtesses de caisse » avaient déjà disparu en 2019, selon la Fédération du commerce et de la distribution, soit l’équivalent de 150.000 emplois à temps plein. Les machines les ont d’abord remplacés le dimanche après-midi, puis en soirée et, finalement, un peu tout le temps ! Certes, le travail est répétitif, difficile et usant (on constate beaucoup de tendinites aux avant-bras, par exemple, dans la profession). Mais c’est aussi l’un des derniers emplois accessibles sans qualification. « Ils ont beau dire qu’ils aiment les caissières, ils les préfèrent au chômage », regrette un délégué syndical du groupe Casino.

A lire aussi :

⋙ Attention à l’arnaque au chèque refusé dans les supermarchés !

⋙ A-t-on vraiment besoin de caisses lentes au supermarché ?

⋙ Des caisses « seniors » dans les supermarchés, bonne idée ?

Source: Lire L’Article Complet