Caricature sexiste de Marion Rousse : un dessinateur et un chroniqueur écartés par le journal L'Humanité

Conséquence d’une grosse polémique, L’Humanité a décidé de stopper sa collaboration avec le dessinateur et le chroniqueur à l’origine de la caricature sexiste de Marion Rousse. Le dessinateur s’est confondu en excuse, tandis que le chroniqueur persiste et signe.

Marion Rousse

Les conséquences d’un week-end polémique. Le journal L’Humanité a eu le (très) mauvais goût de publier un dessin où Marion Rousse est représentée dans une tenue affriolante en train d’interviewer son compagnon Julian Alaphilippe. “Désabusée, L’Humanité porte de plus en plus mal son nom. Il faut n’avoir aucun respect des femmes, de la femme, pour rabaisser à ce niveau six ans de consulting sportif à la télévision”, a écrit l’ancienne championne de France sur son compte Twitter. Dans la foulée, le journal s’est excusé, indiquant avoir “dépublié” le dessin en question. Mais le mal était fait, et L’Humanité, pour se racheter a décider de frapper un grand coup.

“Désolé”

Le média vient d’annoncer avoir décidé de cesser sa collaboration avec le dessinateur Espé et avec l’ancien entraîneur de cyclisme devenu chroniqueur Antoine Vayer, dont le texte était illustré par la caricature. La société des personnels de l’Humanité s’est d’ailleurs réjoui de la nouvelle. De son côté, le dessinateur mis en cause a fait son mea-culpa, auprès de l’AFP. Je suis vraiment désolé, désolé, désolé. Le journal a fait ses excuses, le dessin a été dépublié et j’arrête de travailler pour l’Humanité. Mon but n’était absolument pas de blesser, je n’ai pas pensé à mal, c’est juste de la caricature. J’ai voulu évoquer la porosité entre médias et sport et j’ai voulu m’inspirer des dessins de Tex Avery”, s’est-il justifié, tout en admettant s’être “planté”. De son côté, Antoine Vayer, qui était censé écrire régulièrement pendant le tour de France, a défendu la caricature avant de désactiver son compte Twitter pendant 48 heures. Ce mardi 8 septembre, Antoine Vayer a de nouveau fait le parallèle entre ce qu’il subit et Charlie Hebdo. “Je vais continuer de publier. N’ayez crainte”, a-t-il ajouté sur le réseau social, indiquant également que c’est plutôt lui qui a décidé de stopper sa collaboration avec le journal.

Je vais continuer de publier. N'ayez crainte. Ailleurs. Blog @chronoswatts des ce soir. Grosse pensée pour notre dessinateur qui comme moi, était bénévole @humanite_fr qui aurait bien voulu que je continue sans lui.. #TDF2020 @lapreuvepar21 @cyclismedopage #Dreamteamwattsthefuck https://t.co/d6xsxTFH7D pic.twitter.com/IyNh3vcG4g

Source: Lire L’Article Complet