« Ce n’est pas un chantage » : Olivier Véran inflexible chez Apolline de Malherbe

Au lendemain du nouveau tour de vis annoncé par Emmanuel Macron face au rebond du Covid-19, Olivier Véran était l’invité de RMC/BFM TV. Face aux critiques, le ministre de la Santé a défendu la position du gouvernement et l’extension du pass sanitaire.

Obligation vaccinale pour les soignants, pass sanitaire étendu, tests PCR payants… Confronté aux dangers du variant Delta et à la menace d’une 4e vague de Covid, Emmanuel Macron a sans surprise annoncé un renforcement des mesures sanitaires lors de son allocution lundi soir. Un moyen de pousser à la vaccination critiqué par une partie de l’opposition et par les anti-vax, à qui Olivier Véran s’est adressé sur RMC/BFM TV. “Il y a une très grande différence avec la vaccination obligatoire, de la population générale“, a-t-il insisté face à Apolline de Malherbe. Pour le ministre de la Santé, le pass sanitaire “facilite clairement la vie“, tout en permettant de travailler ou d’emmener ses enfants à l’école “sans être vacciné“. Une “liberté de circulation” qu’il juge toujours préservée.

Cette mesure n’est pas une sanction, ce n’est pas un chantage, d’abord parce que le vaccin est une protection. C’est de la prévention, c’est sûr, c’est efficace, ça sauve des vies, à commencer par la vie de la personne qui se fait vacciner“, ajoute Olivier Véran. Pour le locataire de l’avenue de Ségur, il s’agit également d’éviter de revenir à un confinement. “Nous ne voulons pas refermer le pays comme nous avons été obligés de le faire plusieurs fois au cours de l’année écoulée. Donc la question qui se pose ce n’est pas ‘la vie normale’ ou ‘le pass sanitaire’, c’est ‘le confinement’ ou ‘le pass sanitaire’“, souligne-t-il.

Olivier Véran (@olivierveran): "La question qui se pose, ce n'est pas la vie normale ou le pass sanitaire: c'est le confinement ou le pass sanitaire" pic.twitter.com/oFcoKAdbUA

Les explications de Gabriel Attal

Sur Europe 1, c’est le porte-parole du gouvernement qui est venu donner des explications aux Français. “Il n’y a pas d’obligation vaccinale, il y a une incitation maximale à se faire vacciner“, a assuré Gabriel Attal. L’exécutif souhaite en effet éviter “de faire peser sur des Français vaccinés, le risque de voir leurs vies freinées en raison de personnes qui ont fait le choix de ne pas se vacciner.” Le compagnon de Stéphane Séjourné a également cité les centaines de milliers de rendez-vous pris sur Doctolib lundi soir, prouvant que les Français qui doutaient “ont franchi le pas“. “Avec le risque de la quatrième vague, un variant Delta nettement plus contagieux, on n’a plus vraiment le temps de douter. Il faut y aller !“, encourage-t-il.

Crédits photos : Capture BFM TV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet