Cédric et Delphine Jubillar, un couple en crise ? « Ils continuaient à avoir des relations sexuelles »

L’un des avocats de Cédric Jubillar s’est confié dans les colonnes de Midi Libre, ce jeudi 8 juillet. Selon ce dernier, le couple avait toujours des relations sexuelles.

Depuis six mois, l’enquête se poursuit autour de la disparition de Delphine Jubillar. Pour rappel, l’infirmière et mère de famille de 33 ans s’est volatilisée dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier, à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Son époux, Cédric Jubillar, a été mis en examen le 18 juin dernier, pour “homicide volontaire sur conjoint”. Trois semaines plus tard, la cour d’appel de Toulouse a refusé la remise en liberté du père de famille de 33 ans. À cette occasion, Me Alexandre Martin, l’un des avocats de Cédric Jubillar, a accordé un entretien à Midi Libre, ce jeudi 8 juillet 2021.

Selon l’avocat pénaliste toulousain, “on est dans le cadre d’une séparation, avec tout ce qu’il y a de difficile quand il s’agit d’un couple qui vivait ensemble depuis 17 ans”, explique-t-il. Cédric et Delphine Jubillar “avaient déjà pris contact chacun de leur côté avec des avocats” dans le but de divorcer. Les deux parents “s’étaient déjà soumis à l’éventualité d’une résidence alternée pour les enfants” et “continuaient à avoir des relations sexuelles”, poursuit l’avocat de la défense. Me Alexandre Martin affirme que le couple “était dans une période, comme cela arrive dans la vie, où les comportements humains ne sont pas tout blancs ou tout noirs”.

Des traces de sang et de sperme sur le pyjama de Cédric Jubillar

Me Alexandre Martin poursuit et explique que “les choses étaient apaisées” entre Cédric et Delphine Jubillar. L’avocat affirme que le couple “continuait à dormir ensemble”, selon les dires de Cédric Jubillar mais aussi de plusieurs “témoins proches de Delphine”, apprend-on. Par ailleurs, selon les informations de La Dépêche, mercredi 7 juillet, les enquêteurs auraient trouvé des traces de sang sur le pyjama de Cédric Jubillar. Les avocats de l’artisan-peintre évoquent une “micro-trace de sang sur la manche mélangé à du sperme, qui correspondrait davantage à un rapport sexuel qu’à un crime”, a fait savoir la défense.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet