Cédric Jubillar reconnaît avoir "fait une scène" à Delphine en découvrant qu’elle avait un amant

Lundi 15 novembre 2021, Le Parisien fait de nouvelles révélations dans l’affaire Jubillar. Selon nos confrères, le mari Cédric, écroué pour le meurtre de son épouse, lui aurait fait une scène en apprenant qu’elle avait un amant.

  • Delphine Jubillar

Les coulisses de l’interrogatoire divulguées. Le 15 octobre 2021, quatre mois après son placement en détention provisoire à la prison de Seysses pour « homicide volontaire sur conjoint », Cédric Jubillar a dû répondre aux questions de deux juges d’instruction à Toulouse. Comment acceptait-il la demande de divorce de son épouse, Delphine ? Que s’est-il passé le soir de sa disparition, après le coucher de leurs deux enfants ? Le peintre en bâtiment de 34 ans a tenté de prouver son innocence, sous le regard de deux de ses trois avocats. Comme le révèle Le Parisien, qui a eu accès au procès-verbal de l’interrogatoire, Cédric Jubillar aurait finalement admis avoir fait une scène à sa femme en apprenant qu’elle entretenait une liaison extraconjugale avec un certain « amant de Montauban ». Un soupçon qui l’obsédait depuis quelques semaines, au point de fouiller toutes ses affaires personnelles.

« Elle peut aller voir ailleurs et revenir en voyant que c’est nul »

Début décembre 2020, la tension monte au sein du couple Jubillar. Le père de famille tombe par inadvertance sur de la lingerie fine, cachée dans les affaires de sa fille Elyah. Il comprend alors que quelque chose se trame : « Je lui fais une scène parce que ça veut dire qu’elle a un amant », explique-t-il aux deux juges d’instruction le 15 octobre. Et d’ajouter : « Et donc qu’elle me ment. » Cela aurait-il motivé une envie quelconque chez Cédric Jubillar de se venger ? Là encore, il le rétorque totalement.

De plus, le mari de la disparue affirme que son épouse aurait de toute manière fini par revenir dans ses jupons : « L’existence d’un amant, je m’en moque un peu. Je suis le seul et unique homme dans sa vie et je suis le premier, donc si elle peut aller voir ailleurs et qu’elle me revienne en voyant que c’est nul, tant mieux« , explique-t-il. Pourtant, un mois avant la disparition de Delphine Jubillar, son téléphone est subtilement géolocalisé par son mari, et la moindre de ses dépenses épiée par son mari. Un aveu de vulnérabilité ? Au contraire, Cédric Jubillar affirme aux juges que cela était un moyen de se protéger en vue du divorce. Pour l’heure, il est toujours protégé par la présomption d’innocence.

Source: Lire L’Article Complet