Céline Dion : ses très rares confidences sur sa nièce Karine, morte à 16 ans

Sa nièce Karine est décédée en 1993, mais Céline Dion ne l’a jamais oubliée. 25 ans après lui avoir rendu hommage en chanson dans « Vole », elle lui adressée une pensée pour un beau projet.

« Vole, vole mon amour… Puisque rien ne te soulage, vole à ton dernier voyage » Ce n’est pour René Angélil que Céline Dion chantaient ces mots lourds de sens en 1995, mais pour sa nièce. Jean-Jacques Goldman lui a écrit cette magnifique chanson pour la fille de sa sœur Liette, Karine, décédée à l’âge de 16 ans. Un titre bouleversant qui lui rappelle la disparition de sa nièce en 1993 des suites la mucoviscidose. « Un soir, elle est tellement émue après avoir chanté ‘Vole’, dédiée à sa nièce décédée, qu’elle part et ne revient pas », s’était souvenu le réalisateur Erick Benzi dans les colonnes du Parisien à l’occasion des 25 ans de la sortie de l’album D’eux où figure le morceau hommage.

Avant de perdre son père Adhémar en 2003, puis son mari René ainsi que son frère Daniel en 2016, et plus récemment sa mère Thérèse début 2020, Céline Dion avait déjà été frappée par la mort de l’adolescente. La star était présente en mai 1993 quand sa nièce Karine s’est éteinte sous ses yeux. L’artiste était sous le choc après cette disparition qu’elle a décidé de transformer en espoir en devenant marraine de la Fondation canadienne Fibrose kystique deux mois après le drame. Un combat qu’elle n’a pas oublié. Elle lui a adressé une tendre pensée ce dimanche 15 novembre, à l’occasion de la Journée nationale de la Philanthropie. L’artiste de 52 ans appelle aux dons pour soutenir l’hôpital Sainte-Justine où a été suivie sa nièce.

Merci de vous joindre à moi, aux côtés des équipes et des familles de la @fondstejustine, pour regarder vers l'avenir. Merci d’avoir décidé de faire de la santé des enfants une priorité. ❤️ – Céline xx…
https://t.co/Ib74oWF2PD. https://t.co/VelrFXoZ13

Du drame à l’espoir

« Très tôt dans ma vie, avant même d’avoir des enfants, j’ai compris combien investir en pédiatrie pouvait être porteur d’avenir et d’espoir. Il y a près de 30 ans, ma nièce Karine, soignée ici à Sainte-Justine, s’éteignait à l’âge de 16 ans après un long combat contre la fibrose kystique », écrit Céline Dion sur le site de la Fondation CHU Sainte-Justine.

En mémoire de Karine, décédée le 2 mai 1993, et de tous les autres, donnez @CFCanada. http://t.co/B24SxTCfhj pic.twitter.com/6q819mTPRn

Si elle assure, en pleine épidémie de coronavirus, que ses trois garçons René Charles et les jumeaux, Nelson et Eddy, sont aujourd’hui « en santé », elle n’oublie pas le sort des enfants hospitalisés dans l’établissement où sa nièce est décédée il y a plus de 25 ans. Plutôt que ressasser les drames du passé, Céline Dion pense à l’avenir. « Aujourd’hui, je pense aux autres patients comme ma Karine et je me dis : qu’est-ce que ce sera d’être un enfant malade, de recevoir des soins et de grandir dans 30 ans ? Quelle sera notre rétrospective ? », s’interroge celle qui se rend régulièrement à l’hôpital Sainte-Justine pour constater les avancées et sensibiliser le grand public à ce sujet.

Article réalisé avec l’agence 6Médias

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet