C'est reparti : Miss France et Sylvie Tellier à nouveau dans la tourmente !

Le comité Miss France et Sylvie Tellier sont à nouveau dans la tourmente ! Un énième coup dur pour Sylvie Tellier alors que l’élection de Miss France 2022 approche à grands pas…

Décidément, les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour Sylvie Tellier… Lundi 18 octobre 2021, l’association « Osez le féminisme ! » a attaqué les organisateurs du concours Miss France aux prud’hommes pour non-respect du Code du travail et discrimination. Le collectif déplore que les candidates au concours de beauté « participent à un spectacle et réalisent donc une prestation de travail » pour laquelle elles ne sont pas rémunérées. L’association « Osez le féminisme ! » a aussi vivement critiqué les règles du concours Miss France, comme le fait que les reines de beauté soient élues par rapport à des critères purement physiques. Mais ce scandale n’est pas le seul qui a éclaté autour du comité Miss France. Au plus grand dam de Sylvie Tellier et d’Alexia Laroche-Joubert, la nouvelle présidente de la société.

« Miss France creuse des stéréotypes »

La ministre en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, Elisabeth Moreno, s’en prend à son tour au célèbre concours de beauté alors que la prochaine édition approche à grands pas. Si elle admet que l’élection de Miss France est visionnée par des « milliers de personnes », Elisabeth Moreno déplore : « Miss France creuse des stéréotypes de genre qui n’ont plus lieu d’être aujourd’hui » : « Ce qui me gêne, c’est que les règles de Miss France ne sont plus adaptées à notre époque ». Pour la femme politique, ce n’est pas acceptable qu’une femme « qui pose seins nus pour faire de la prévention sur le cancer du sein, soit exclue ». Souvenez-vous, ce fut le cas l’an dernier et la polémique avait fait couler beaucoup d’encre. Pour avoir posé topless pour la bonne cause, Anaëlle Guimbi n’a pas pu participer au concours Miss France. Le comité a eu vent des clichés, réalisés à l’occasion d’une campagne contre le cancer, après l’élection d’Anaëlle Guimbi en Guadeloupe. La jeune femme a été disqualifiée. Mais ce n’est pas la seule règle qui choque Elisabeth Moreno. La ministre déplore qu’une femme veuve, mariée et/ou maman ne puisse devenir reine de beauté.

La rédaction

À voir également : « Des Miss France disponibles sexuellement », le scandale autour du concours de beauté s’intensifie… les nouvelles déclarations choc !

Source: Lire L’Article Complet