« C’est une erreur » : Gilles Pialoux fustige la fin de la gratuité des tests Covid-19

Invité dans l’émission Bourdin Direct, ce mercredi 17 novembre, le professeur Gilles Pialoux a déploré le fait que les tests de dépistage du Covid-19 ne soient plus gratuits, en France, depuis plus d’un mois.

Ce mercredi 17 novembre, Jean-Jacques Bourdin a reçu Gilles Pialoux sur le plateau de son émission matinale, diffusée simultanément sur BFMTV et RMC. L’occasion pour le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon, situé à Paris, de parler de la fin de la gratuité des tests de dépistage du Covid-19. Pour rappel, cette décision, qui a été prise par le gouvernement pour pousser les Français à se faire vacciner, a été mise en place le 15 octobre dernier.

Pour Gilles Pialoux, cela est « une erreur » et il faudrait rendre de nouveau les tests accessibles gratuitement pour la population. « Bien sûr que le test protège moins que le vaccin, mais c’est un outil de plus, pour détecter plus tôt [la contamination, NDLR] et pour isoler [le malade] », a estimé le professeur. Dans Bourdin Direct, le médecin a également mis en évidence le fait que « quelqu’un qui se sait positif n’a pas le même comportement » que s’il est dans l’ignorance de son état de santé et de sa maladie et peut protéger son entourage. L’avantage de faire des tests, permettant de vérifier si on a le coronavirus, est notamment que la personne concernée peut « s’isoler et prendre des mesures » afin de ne pas contaminer ses proches.

Pr Gilles Pialoux sur la fin de la gratuité des tests Covid-19: "On a lâché le dépistage et c'est une erreur" pic.twitter.com/DE6VjojYFK

Des délais allongés

Le professeur Gilles Pialoux a ensuite évoqué l’importance des dépistages en fonction de la saison : « Là, on va être dans une situation hivernale où les gens vont avoir plein de symptômes qui ressemblent à un Covid bénin et ils ne vont pas se faire dépister… » Se reposant sur les révélations faites par l’agence Santé Publique France dans son dernier bulletin, le médecin a expliqué, avec regret, que la non-gratuité de ces tests a eu pour conséquence « d’allonger le délai entre le moment du début des symptômes, presque de trois jours, et le test n’a jamais été aussi long ».

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran BFMTV / RMC

Autour de

Source: Lire L’Article Complet