Charlotte Valandrey atteinte du VIH : comment la maladie a modifié son rapport à la sexualité

Dans son nouveau numéro en kiosque ce jeudi 21 juillet, le magazine Gala rend évidemment hommage à Charlotte Valandrey. L’actrice qui s’est éteinte à l’âge de 53 ans avait de lourds problèmes de santé. Greffée du coeur, elle avait dans ses jeunes années contracté le VIH. Ce qui a logiquement changé son rapport à la sexualité.

Elle s’était jurée de garder le secret, démarche dans laquelle ses parents l’avaient soutenue… Finalement, Charlotte Valandrey était paradoxalement devenue l’une des premières stars à avoir révélé être atteinte du VIH. Jusqu’au bout, elle aura joué franc jeu avec le public sur sa santé. Après une troisième greffe du coeur qui n’a pas pris, l’actrice Charlotte Valandrey est décédée à l’âge de 53 ans, le 13 juillet. Ces dernières années, le public pouvait la retrouver sur TF1 dans la série Demain nous appartient. Avant de cartonner à la télévision notamment dans la série Les Cordier, elle avait fait ses débuts au cinéma à seulement 15 ans dans le film de Véra Belmont Rouge baiser. Sa prestation est remarquée. Tout semble rouler puisqu’elle rencontre alors l’amour. Elle tombe dans les bras d’un « rockeur borderline », un « prince gothique ». La jeune amoureuse n’a pas encore 18 ans qu’elle apprend qu’elle est séropositive… par courrier, comme le rappelle Gala dans son nouveau numéro en kiosque ce jeudi 21 juillet.

On est dans les années 1980. Le virus fait rage. La peur de la mort domine alors. Pour la jeune femme, tout est chamboulé. Vanessa Paradis lui est finalement préférée pour jouer dans le film Noce blanche, les producteurs ne prenant pas le risque d’embaucher une actrice malade. Pourtant, à l’époque, si le virus est bien présent dans l’organisme de Charlotte Valandrey, il n’est pas encore actif. C’est en 1996 que le VIH va se réveiller. La protégée de Dominique Besnehard est alors encore davantage embêtée dans sa vie privée. La trithérapie devient son mode de (sur)vie. Ses journées sont rythmées par les pilules à avaler et les effets secondaires. Son rapport à la sexualité est complètement reconsidéré.

« Les rapports intimes ne sont plus jamais simples »

« Être séropositive, ça vous abîme la vie, ça fait que les gens s’en vont, qu’ils vous fuient, que l’on se sent sale, que les rapports intimes ne sont plus jamais simples », avait-elle expliqué. « Et puis c’est compliqué à admettre cette maladie de l’amour. On est contaminé parce qu’on était amoureuse, allez comprendre !« , avait-t-elle ajouté, toujours interloquée. Mais l’amour peut être plus fort que la maladie. C’est ce qu’a prouvé sa relation avec Arthur Lecaisne, tombé sous son charme lors d’une séance photo. De cette belle histoire naîtra leur fille Tara en 2000. Un bébé qui, presque miraculeusement, n’a pas été contaminé.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : CEDRIC PERRIN / BESTIMAGE

A propos de


  1. Charlotte Valandrey

Autour de

Source: Lire L’Article Complet