"Des Miss France disponibles sexuellement", le scandale autour du concours de beauté s'intensifie… les nouvelles déclarations choc !

Tandis que l’association Osez le féminisme attaque Miss France en justice, un communiqué de l’organisation révélant plusieurs interdictions auxquelles sont soumises les candidates, a de quoi relancer un vif débat…

« Cette société exploite des femmes, qui répètent et interprètent chaque année un spectacle sexiste, discriminant et lucratif générant des millions d’euros de recettes : l’ensemble en parfaite violation du droit du travail », assure Osez le féminisme dans un communiqué. 

L’association fait beaucoup parler d’elle depuis qu’elle a intenté une action aux prud’hommes contre Endemol, la société qui produit Miss France. 

Bien plus donc, que de protester contre le concours qu’elle considère comme « rétrograde » et « sexiste », Osez le féminisme passe à l’offensive et permet par la même occasion, de relancer le débat sur le sujet. 

D’ailleurs, l’organisation rappelle dans un tweet, les nombreuses interdictions auxquelles sont soumises les candidates : « Nous saisissons la justice pour que les principes du droit s’appliquent à l’émission @MissFrance qui encore aujourd’hui demande à ses ‘meneuses de revue’ d’être célibataires, de ne pas boire ni fumer en public et de ne pas faire d’ironie (oui, c’est une vraie règle). »

 Sur le plateau de C à vous, cette-fois, une des militantes a expliqué ce mardi : « Il y a cette idée de statut matrimonial qui, pour nous, reflète cette volonté d’avoir des Miss disponibles sexuellement puisqu’on doit être célibataire sans enfant, pas veuve, pas mariée. »

À voir également : Vianney est devenu papa pour la première fois et toutes les informations sont à retrouver ICI ! 

La rédaction 

Source: Lire L’Article Complet