"Désossé, désincarné", Thierry Beccaro, enfant battu, il se confie sur sa relation avec son père

L’ancien animateur de Motus, Thierry Beccaro est un enfant battu. Dans le documentaire Bouche cousue, diffusé sur France 2, mercredi 18 novembre 2020, il se confie sur les violences dont il était témoin et victime dans sa jeunesse.

Restez informée

Thierry Beccaro a la gorge sèche et la voix tremblotante. L’animateur de 64 ans est encore hanté par son enfance. Dans le documentaire Bouche cousue, diffusé sur France 2, mercredi 18 novembre à 22h30, il décrit ses premières années de vie avec difficulté. Thierry Beccaro est un enfant battu qui a, dans le même temps, était l’unique témoin des violences conjugales que son père infligeait à sa mère. “J’ai ouvert la porte et je vois mon père avec un fusil. J’ai juste le temps de dire : ‘Papa qu’est-ce que tu fais ?’. Il va se reprendre, reposer le fusil. Je n’ai pas pleuré, j’ai été désossé, désincarné” confie-t-il dans un extrait, relayé par les journalistes de C à vous, sur France 5.

Des révélations stupéfiantes qu’il avait déjà sous-entendues dans son livre Je suis né à 17 ans, publié en 2018 et dont la vie pourrait bientôt être adaptée à la télévision.

Thierry Beccaro avait « affaire à Docteur Jekyll ou Mister Hyde »

L’ancien présentateur de Motus, très apprécié par les fans du programme de France 2, reconnait que son enfance n’a pas été complètement teintée de noir. “Les jours où il était bien, il m’a fait découvrir Sinatra, Dean Martin, Brassens, il était drôle, il avait du charme. C’est ça qui rend dingue, c’est quand vous savez pas si vous allez avoir affaire à Docteur Jekyll ou Mister Hyde” dévoilait-il sur le plateau de Ça ne sortira pas d’ici, en mars 2020 et dont les propos sont retranscrits par nos confrères de Voici.

“Mon père est aussi un homme formidable… Mais son parcours, ses démons à lui, sa jalousie, son entourage le soir (…). Il rentrait à la maison et je ne savais pas quand, jamais. Le moindre prétexte, c’était la raclée (…). Un enfant n’a pas la structure psychologique pour comprendre ce qui se passe quand on le fracasse. (…) On ne touche pas à un enfant, c’est le pire des aveux de faiblesse. Mon père, l’alcool le rendait fou et c’est ce qui me rendait fou moi. Il montait me voir dans la chambre, me dire qu’il m’aimait alors je me disais ‘ça va c’est que je n’ai rien fait de mal'” avait-il révélé. Le passé de Thierry Beccaro l’a marqué d’une empreinte indélébile, qu’il peine à oublier encore aujourd’hui.

Source: Lire L’Article Complet