Emmanuel Macron : cette ancienne ministre que ses équipes veulent recruter pour 2022

Ce lundi 15 novembre, LREM lance l’opération ambassadeurs en marge de la présidentielle 2022. Selon Le Parisien, l’ancienne ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet serait dans le viseur de la Macronie…

Une ancienne députée française dans le viseur des LREM. À 6 mois de la présidentielle 2022, la Macronie passe à l’offensive et recherche ses nouveaux visages. Piloté par Anne de Bayer, ancienne secrétaire générale adjointe de l’Élysée et Roland Lescure, un pôle ambassadeurs démarré au QG, ce lundi 15 novembre 2021. Le but ? Dénicher 30 à 50 personnalités « qui auront pour mission de gérer les acteurs de la société civile« , apprend-on dans les colonnes du Parisien. Dans leur viseur, l’ancienne ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet est la candidate idéale : « ce serait bien qu’on arrive à attirer NKM », a-t-il confié.

Durant cette opération « casting », les Marcheurs auront une première problématique à résoudre : « On va manquer de profils féminins à mettre en avant pour cette campagne », assure un membre de la LREM à nos confrères. Installée Outre-atlantique à New York avec ses enfants, depuis sa défaite aux législatives de 2017, l’ancienne rivale de Rachida Dati occupe un prestigieux poste. Nommée associée junior aux fonds d’investissement des infrastructures chez l’un des leaders mondiaux du domaine informatiques et du conseil Capgemini, Nathalie Kosciusko-Morizet mène une nouvelle vie.

Les nouveaux visages

Chargés de « jouer les portes d’entrée pour ceux qui voudraient contribuer » au parti, ce « sang neuf », ces nouveaux ambassadeurs, seront les nouveaux visages de la LREM : « Si on veut être disruptifs, il faut qu’on ait les chakras un peu ouverts, que l’on ne s’en tienne pas à des interlocuteurs institutionnels », précise une haute figure du parti. Mais l’étau se resserre à l’aube de la présidentielle 2022 : « Ce qu’on n’a pas fait en quatre ans, on ne va pas y parvenir en quatre mois », fais remarquer un parlementaire de la majorité. À quelques mois de la présidentielle, l’étau se resserre pour le président sortant, Emmanuel Macron et ses équipes.

Crédits photos : Romuald Meigneux / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet