Emmanuel Macron giflé : un ami de l'agresseur dévoile les raisons de son acte

Mardi 8 juin 2021, Emmanuel Macron a été agressé dans la Drôme par un inconnu qui lui a mis une gifle. L’agresseur a depuis été interpelé et mis en garde à vue. Mercredi 9 juin 2021, l’un de ses amis proches s’est confié à RTL sur l’acte désespéré de Damien T.

  • Emmanuel Macron

Un acte de rebelion ? Mardi 8 juin 2021, Emmanuel Macron effectuait un déplacement professionnel dans la Drôme pour continuer son tour de France des territoires. Alors qu’il s’apprêtait à saluer les personnes s’étant déplacer en masse pour le saluer, le Président, aux aguets de la moindre agression depuis des semaines, a reçu une violente gifle de la part d’un homme de vingt-huit ans aux penchants d’extrême droite. Si Emmanuel Macron a préféré prendre tout cela à la rigolade, l’auteur des faits est quant à lui bel et bien en garde à vue pour “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique” et risque jusqu’à trois ans de prison. Mercredi 9 juin 2021, l’un de ses amis proches a accepté de se confier sur son ami Damien au micro de RTL.

“Ça a été une impulsion”

“C’est une personne qui est normalement adorable, sans problèmes (…) Pour moi, il n’était pas capable de faire ça”, a confié Loïc Dauriac. Selon lui, la gifle qu’a donné son ami au Président n’avait rien d’un geste prémédité : “Quand on est arrivé là-bas, c’était dans l’optique de discuter avec Monsieur Macron, parce que c’est vrai que quand on entend M.Macron dire qu’on a pas de culture et que nous on se tue à essayer de faire vivre la culture dans notre ville, ça nous fait mal“, a-t-il expliqué, qualifiant le geste de “coup de sang”. Pour l’ami de l’agresseur, “il y a beaucoup de Français à sa place qui auraient voulu faire pareil”.

Quelques minutes après l’agression, Damien a été interpelé par la police et emmené au poste. Des images choquantes pour son ami présent sur les lieux : “Voir un ami, comme ça, avec des menottes, ça fait toujours du mal. Surtout quand vous le connaissez, avec aucun problème avec la justice, aucun problème avec le voisinage, il n’avait pas prévu de faire quelque chose comme ça, a affirmé Loïc. Pour lui, Damien a simplement éprouvé un ras-le-bol personnel : “Ça a été une impulsion parce que : ‘Je n’ai pas de travail, je suis au RSA alors que je cherche comme un fou…’, a-t-il expliqué. Et de conclure : “C’est vraiment un cri de détresse pour dire : ‘Monsieur Macron, regardez-nous, on est à bout.'”

Source: Lire L’Article Complet