Emmanuel Macron, "Monsieur Je me mêle de tout" : le président critiqué par un célèbre journaliste

Philippe Bouvard, journaliste connu pour avoir été aux commandes des Grosses Têtes sur RTL, a étrillé Emmanuel Macron dans une interview publiée par Soir Mag le mercredi 27 octobre 2021.

  • Emmanuel Macron

Philippe Bouvard ne mâche pas ses mots lorsqu’il s’agit de parler d’Emmanuel Macron. Dans une interview publiée par le magazine belge Soir Mag le mercredi 27 octobre 2021, l’ancien présentateur de RTL est monté au créneau contre celui qu’il qualifie de « Monsieur Je me mêle de tout« . Le journaliste, auteur d’un livre sur la crise du Covid-19, On s’en souviendra – Le port du masque n’empêche pas de marcher sur la tête –paru le 21 octobre 2021 aux éditions L’Archipel-, a déclaré à nos confrères : « Il s’est érigé en médecin chef de la France malade, et a navigué au doigt mouillé, en multipliant des incertitudes inspirées par celles des scientifiques qu’il consultait. » D’après l’homme de 91 ans, qui ne compte pas prendre sa retraite de sitôt, « par démagogie, [Emmanuel Macron] a pris certaines décisions en se disant ‘c’est bon pour moi’, plutôt que ‘c’est bon pour nous’« .

« Le président de la dépense« 

Philippe Bouvard pense non seulement que le président de la République s’est « érigé en médecin chef de la France malade« , mais aussi qu’il a été « le président de la dépense« . « Son bilan laisse beaucoup à désirer« , estime celui qui a précédé Laurent Ruquier aux commandes des Grosses Têtes. Emmanuel Macron n’a pas été la seule personnalité blâmée.

Les membres du gouvernement et les autorités sanitaires en prennent aussi pour leur grade. « Dès le départ, j’ai été saisi par les incohérences, les incertitudes et les contradictions de la gestion politique de cette crise, confie Philippe Bouvard. Pendant 20 mois, plusieurs fois par jour, j’ai pris des notes sur ce qui n’allait pas, mais aussi sur ce qui allait, c’est-à-dire pas grand-chose. » Si le journaliste, qui a publié 68 livres durant sa longue carrière, n’est pas tendre avec le chef d’Etat et ses collaborateurs, il préfère tout de même tempérer : « Son bilan laisse beaucoup à désirer, mais je ne suis pas certain qu’à sa place, j’aurai fait mieux que lui.« 

Source: Lire L’Article Complet