"Emmerder les non-vaccinés" : prise de court, Brigitte Macron bafouille et donne des explications

Invitée du journal de 13 heures de TF1 mercredi 12 janvier 2022 pour lancer l’opération Pièces Jaunes, Brigitte Macron s’est exprimée sur la phrase choc du président. Surprise par la question, elle donne une réponse… littéraire.

  • Emmanuel Macron
  • Brigitte Macron

Interviewé par Le Parisien le 4 janvier 2022, Emmanuel Macron avait déclaré « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder« . Des propos polémiques qui ont engendré un véritable raz-de-marée dans les sphères publique et politique. Brigitte Macron était l’invitée du JT de TF1 mercredi 12 janvier, plateau sur lequel elle ne s’est pas rendue puisque l’interview a été enregistrée en amont. Sans surprise, Jacques Legros l’a invitée à s’exprimer sur cette phrase choc prononcée par son mari. La Première dame, manifestement étonnée par cette question a tenté tant bien que mal de répondre et surtout de se distancer de ces propos. « Le terme… là vous me prenez un petit peu de court. Nous en sommes à une semaine de commentaires sur cette question… Donc j’ai décidé de ne plus commenter les commentaires », a-t-elle répondu en riant.

La réponse de la professeure de Français

À la question du journaliste, l’ancienne professeure de Français répond tout en littérature : « J’ai fait étudier Rabelais, qui avait aussi un langage fleuri« . Puis vient l’analyse : « Je regarde toujours ce qu’il y a derrière cette phrase. Et derrière cette phrase, c’est la situation actuelle à l’hôpital« . Le présentateur l’interrompt et lui demande ce qu’elle aurait dit aux non-vaccinés à la place de son époux, « la même chose que le président ?« . « Je ne me permets pas de commenter ce que dit un président« , se défend la Première dame. « Je ne suis pas médecin, je ne suis pas élue. Qui suis-je moi pour dire aux gens ‘allez faire ci, allez faire ça’ ? Ils ne comprendraient pas« , explique-t-elle. Elle laisse tout de même transparaître sa position, avec plus de douceur et de pragmatisme, en déclarant : « Je leur dirais : moi je suis vaccinée parce qu’il n’y a pas d’autres solutions pour l’instant. Quand il y aura des traitements je passerai à autre chose« . Elle continue son propos en affirmant que ce n’est pas à elle de prendre la parole sur le sujet, « je pense savoir où est ma case« , a-t-elle conclut.

Source: Lire L’Article Complet