Enora Malagré, addict à l’alcool et la drogue ? Ses "pulsions"

Enora Malagré s’est livrée dans son ouvrage "Un Cri du Ventre", qui retrace son parcours entre endométriose et autodestruction. Sur Europe 1, Christophe Hondelatte a raconté le témoignage de l’animatrice "en souffrance", entre shots, shit et cachets…

“Les démons sont à ma porte, je recommence à sombrer”, a-t-elle dévoilé à travers la voix de Christophe Hondelatte. “Il faut que j’arrive à faire la part des choses entre mon endométriose et mes pulsions d’autodestruction. Qui était là le premier ? Qui est responsable de l’autre ? Je mélange mes souffrances. Mais elles sont toutes à moi”.

Comment elle a vaincu ses addictions

Par sa force de caractère, Enora Malagré a finalement réussi à mettre la tête hors de l’eau.

La jolie blonde a repris le contrôle de sa vie avec des gestes simples: “Augmenter la fréquence de mes séances chez le psy, faire plus d’exercices de respiration, pour mieux contrôler mes hormones capricieuses“.

  • Enora Malagré, moquée pour avoir pris 10 kg : son "traitement atroce"

    Attaquée sur le Web pour sa prise de poids, Enora Malagré a révélé qu'elle avait grossi depuis qu'elle suivait un "traitement atroce". L'ancienne chroniqueuse de "Touche Pas à Mon Poste" a également confié qu'elle serait prête à travailler à nouveau avec Cyril Hanouna…

Elle a également décidé de ne plus céder à la tentation en jetant toutes les bouteilles d’alcool de son domicile.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

La boisson est désormais bannie de mon appartement et de mes soirées (…). J’ai décidé de ne plus faillir. Cette fuite large n’est pas celle d’une femme libre. Je pense à ma mère qui, malgré ses années sanglantes, n’a pas sombré dans la dépendance pour autant”, a conclu Christophe Hondelatte, en reprenant les mots d’Enora Malagré.

Source: Lire L’Article Complet