Eric Zemmour : cette bourde qui a exaspéré Sarah Knafo en plein meeting

Lancé dans une tournée promotionnelle pour son livre – et sa pré-campagne présidentielle – Eric Zemmour était à Nice en septembre dernier. Un déplacement durant lequel le quasi-candidat a commis une bourde qui a particulièrement agacé sa conseillère Sarah Knafo.

L’image en dit long sur son influence auprès d’Eric Zemmour. Pour un documentaire diffusé ce lundi à 20h50, Eric Zemmour, une obsession française, BFM TV a suivi le presque candidat à la présidentielle et sa très proche conseillère Sarah Knafo lors de leur déplacement à Nice le 18 septembre dernier. Là où le polémiste s’est rendu coupable d’une erreur dont il se serait bien passé : tentant de désamorcer la controverse autour de ses propos sur Arié et Gabriel Sandler, et Myriam Monsonego, victimes de Mohammed Merah inhumées en Israël, il a écorché leur nom à deux reprises sur scène, les nommant « Santander ».

Dès la première erreur, Sarah Knafo était pourtant intervenue. Assise au premier rang, la jeune énarque écrit tout de suite « SANDLER !!! » sur un bout de papier qu’elle glisse en sa direction. Mais comme on peut le voir sur les images captées par BFM TV, c’est peine perdue : Eric Zemmour poursuit sur sa lancée et écorche une nouvelle fois le nom des victimes. Dès la fin du meeting, elle monte sur scène pour lui signifier sa boulette. Eric Zemmour soupire : il n’avait rien remarqué. Voyant les caméras s’attarder sur le papier, l’influente conseillère le reprend aussitôt histoire de limiter la casse.

La colère de Samuel Sandler contre Eric Zemmour

Il est de toute manière trop tard. Après avoir décrit les victimes inhumées en Israël comme des « étrangers avant tout et voulant le rester par-delà la mort » dans son livre, Eric Zemmour a une nouvelle fois franchi la ligne rouge pour la famille toulousaine. « Deux fois de suite, il souille jusqu’au nom des victimes, s’est désolé Me Klugman, avocat de Samuel Sandler, père et grand-père des trois victimes, sur BFM TV. Alors que le nom de l’assassin, il l’écrit, il le répète, il ne fera jamais d’erreur dessus. » De son côté, Eric Zemmour a notamment dénoncé une « instrumentalisation politicienne de l’émotion » et assuré que blesser la famille des victimes n’était « pas le but du jeu ».

Crédits photos : Stéphanie Gouiran / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet