EXCLU – « Meghan lui a ouvert les yeux » : comment le prince Harry s’est éloigné de la famille royale

Au début de l’année 2020, le prince Harry et Meghan Markle ont fait part de leur décision de prendre leurs distances avec la famille royale britannique. Selon Pierrick Geais, auteur de Prince William, la vraie vie d’un futur roi, qui paraît ce mercredi 11 mai aux éditions du Rocher, cette envie d’indépendance sommeillait en Harry depuis des années. Son épouse n’aurait été que le déclencheur…

C’est une annonce qui a provoqué un cataclysme outre-Manche. En janvier 2020, le prince Harry et Meghan Markle ont annoncé leur intention de renoncer à leur statut au sein de la famille royale britannique, préférant être indépendants financièrement. Aussitôt révélée, la nouvelle a eu l’effet d’une bombe, non seulement au sein de la monarchie, mais également auprès des Britanniques. Le départ du petit-fils préféré de la reine et de son épouse a rapidement fait les choux gras de la presse, qui s’est mis à parler de « Megxit », en référence au Brexit. Certains médias, à l’instar du Times, ont aussitôt dépeint l’ancienne actrice américaine comme une starlette « capricieuse« , laissant ainsi penser qu’elle menait son mari à la baguette et que ce dernier n’était pas entièrement libre de ses choix. Mais pour Pierrick Geais, auteur du livre Prince William, la vraie vie d’un futur roi, paru ce mercredi 11 mai aux éditions du Rocher, les envies d’indépendance du prince Harry étaient on ne peut plus prévisibles.

Comme pour Elizabeth II et sa soeur Margaret avant eux, le fils cadet de Charles et Diana a souvent été relégué au second plan, laissant toute la lumière à son aîné, promis à un destin royal. « C’était un peu le contrat tacite entre les deux frères. En tout cas, c’est comme ça que le palais de Buckingham a toujours gérer les choses. Il ne fallait surtout pas entacher l’image de l’aîné, futur roi. Donc tout retombait sur Harry, qui était là pour essuyer les pots cassés« , a analysé Pierrick Geais auprès de Gala.fr. « Le cadet, au bout d’un certain temps, a du mal à digérer cette place. Parfois, il y a une sorte de rébellion. On le voit avec Harry, qui avait promis à William d’être là jusqu’au bout pour le seconder, d’être là quand il serait roi, et il est parti… » Selon le journaliste de Vanity Fair, Meghan Markle n’est donc pas la seule responsable de cette fracture. Au contraire. « Je pense qu’il avait besoin de Meghan pour se rendre compte de tout ça. Elle lui a ouvert les yeux en quelque sorte. À un moment de sa vie, Harry avait besoin d’une rupture avec la Firme, ce qui montre bien que la famille royale est aussi une entreprise. C’est assez particulier…« 

>> PHOTOS – Meghan Markle et Harry plus amoureux que jamais aux Invictus Games 2022

Ce traitement « misogyne » dont Meghan Markle a fait l’objet

Pour Pierrick Geais, le couple a d’ailleurs fait l’objet d’un traitement « misogyne » au moment du « Megxit » : « Je pense qu’il y a eu un peu de misogynie à toujours tout reporter sur Meghan. Je ne pense pas que ce soit sa décision à elle seule« , a observé l’auteur de Prince William : la vraie vie d’un futur roi (Éd. Rocher). Et de poursuivre : « Je dirais plutôt qu’elle a aidé Harry à prendre conscience de certaines choses dont il avait envie. À mon avis, au fond de lui, cela faisait très longtemps qu’Harry avait envie de rompre avec cette cellule familiale.« 

Crédits photos : Julien Burton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet