Fort Boyard : la tactique de certains candidats pour éviter l’épreuve dégoûtante de Willy Rovelli

Depuis quelques années maintenant, Willy Rovelli terrorise les candidats de Fort Boyard en les obligeant à goûter des préparations peu appétissantes (et c’est un euphémisme). Mais certains ont trouvé une tactique pour éviter l’épreuve du chef du Fort. Tactique qui ne marche cependant pas tout le temps.

Willy Rovelli

C’est devenu l’une des épreuves cultes de Fort Boyard : le restaurant de Willy Rovelli et les plats dégoûtants que les candidats sont obligés de manger (et en entier). En 2015, Laury Thilleman recrachait du lait de jument fermenté, à côté de Sylvie Tellier qui se pinçait le nez. En 2014, Sébastien Chabal se retenait de vomir en mangeant une glace au hareng fermenté (décidément la fermentation est l’une des spécialités de Willy Rovelli). En 2017, Bertrand Chameroy manquait de régurgiter du cerveau de porc au lait. Bref, des séquences peu alléchantes. Estomacs sensibles s’abstenir. Cette année, le restaurant n’existe plus, mais, au grand dam des candidats, il a été remplacé par un bar clandestin, caché derrière un cabinet dentaire. Ce sont maintenant des cocktails à base d’ingrédients tout aussi répugnants qu’il prépare désormais. Une épreuve aussi redoutée que l’ancienne. Mais certains candidats ont trouvé une tactique pour éviter de se confronter au chef Willy Rovelli.

La tactique des candidats pour éviter l’épreuve de Willy Rovelli (tactique grillée par le chef)

« C’est très curieux, depuis quelques années, il y a beaucoup de gens végans ou intolérants à des tas de choses », a confié Willy Rovelli dans une interview accordée à Télé-Loisirs. « On n’est pas bêtes, on arrive à voir si c’est du pipeau. Certains pipeautent pour éviter de passer dans mon restaurant… Depuis quelques années, bizarrement, il y a beaucoup de gens intolérants à un tas de trucs. » Mais, en chef dévoué, Willy Rovelli se charge de leur trouver des recettes adaptées… tout aussi « dégueulasses » (c’est lui-même qui le dit). « Comme tous les grands cuistots, de renom, je suis obligé de tout goûter pour s’assurer que c’est bien dégueulasse ! Je goûte en petites quantités, je laisse le plus gros pour mes invités, je suis généreux. » Willy Rovelli est un chef dévoué, on vous l’a dit.

Source: Lire L’Article Complet