François Bayrou se lâche sur les mini-jupes : « J’en garde un souvenir absolument ému »

Invité du Grand Jury sur RTL ce dimanche 4 juillet, alors que le débat sur le crop-top fait rage, le président du MoDem François Bayrou s’est souvenu des mini-jupes qui l’ont particulièrement ému quand il était à l’école.

« À l’école, je suis plutôt tenue décente exigée. » De Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale à François Bayrou sur RTL, la prise de position d’Emmanuel Macron sur la tenue à adopter au sein de l’école divise la classe politique. « Tout ce qui vous renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école. On peut tenir compte de la part de fantaisie d’un ado et tenir bon sur certains principes », a expliqué le président de la République dans une interview accordée au magazine Elle dans laquelle il était interrogé sur le crop-top. Le débat sur ce tee-shirt coupé au nombril porté par certaines jeunes filles à l’école s’est invité à l’Assemblée. « Je n’avais pas compris qu’il faisait partie des attributions du président de la République ni de ses pouvoirs de déterminer la longueur des tee-shirts des jeunes filles », a lancé Jean-Luc Mélenchon le 2 juillet dernier, comme le rapporte LCI.

« On se dirigerait progressivement vers une police du vêtement ; les uns ne supportant pas les foulards et les voiles, les autres la longueur des tee-shirts », a prévenu l’Insoumis dans l’hémicycle. Pour l’ancien ministre de l’Éducation François Bayrou le ton est différent. Invité dans le Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI ce dimanche 4 juillet, le président du MoDem n’a pas véritablement pris parti sur le sujet du crop-top, mais est revenu sur le bon vieux temps des mini-jupes qui, à l’époque, ne l’avaient visiblement pas choqué. « J’ai grandi au temps des mini-jupes et j’en garde un souvenir absolument chaleureux et ému. Et c’était vraiment, à l’époque, des mini mini-jupes. Est-ce que c’était décent ? Ça dépend de ceux qui les portent et de leurs attitudes », a estimé le Haut-Commissaire au Plan de 70 ans.

Un débat qui traîne depuis septembre

Avant qu’Emmanuel Macron tranche sur la question du crop-top dans une interview accordée dans le cadre du forum Génération Égalité de l’ONU Femmes, ce sujet avait divisé le gouvernement le 14 septembre dernier, désigné journée mettant à l’honneur la liberté vestimentaire par les collégiennes et lycéennes. « Il suffit de s’habiller normalement et tout ira bien », avait répondu Jean-Michel Blanquer. Loin de la position du ministre de l’Éducation, sa collègue chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Elisabeth Moreno, avait rappelé qu’ « en France, chacun est libre de s’habiller comme il le veut ». « Des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes, décolletés, crop-tops, ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements et actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité et admiration », avait écrit Marlène Schiappa qui l’avait précédée dans ce ministère.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet