Françoise Laborde parle de Catherine (et de leurs salaires)

Françoise Laborde a donné des nouvelles de sa sœur, Catherine Laborde, atteinte d’une démence à corps de Léwy, exilée loin de Paris. La journaliste a également dévoilé leurs anciens salaires respectifs…

Une publication partagée par bruno charoy (@brunocharoy)

Françoise Laborde : la réconciliation avec sa sœur

L’ex-journaliste de 67 ans, qui était d’ailleurs un temps fâchée avec sa sœur “à cause des enfants“, s’est réconciliée avec elle il y a quelques années, lorsqu’elle a appris sa maladie, une démence à corps de Léwy, mélange de Parkinson et Alzheimer.

  • Catherine Laborde, face à la maladie : sa sœur Catherine raconte…

    Françoise Laborde a donné des nouvelles encourageantes sur l'état de santé de sa sœur, Catherine Laborde, auprès de "Non Stop People". L'ancienne star de la météo, qui a posé ses valises à l'île d'Yeu, combat une démence à corps de Lewy grâce à des traitements expérimentaux.

 “Je me suis dit: ‘Peut-être que tu as trouvé qu’elle était absente et qu’elle ne réagissait pas comme il fallait parce que la maladie était déjà en route‘”, a-t-elle expliqué sans en dévoiler davantage sur les raisons de leur ancienne querelle.

Catherine Laborde : des nouvelles

Françoise Laborde a donc donné des nouvelles de sa sœur, retranchée à l’Île d’Yeu. “Ça va bien, elle est contente! Sa fille aînée Gabrielle est avec elle, avec son mari et leur petit garçon. Elle est en famille. Pia, sa seconde fille, est venue aussi passer du temps avec elle. Je pense qu’être avec ses filles, ses petits-enfants et son mari, ça lui fait beaucoup de bien“, a-t-elle déclaré.

  • Catherine Laborde, très malade : "Ce qui me sauve, c'est mon mari"

    Catherine Laborde, atteinte de la maladie à corps de Léwy, s'est confiée avec émotion sur son combat contre la mort, aux côtés de son mari Thomas Stern. Ses symptômes terribles, ses espoirs dans le noir, ce qui l'aide…

Sur l’île du golfe de Gascogne, Catherine Laborde peut souffler. Quand elle y est, ça va mieux parce qu’elle peut circuler plus facilement, se promener, tout le monde la connaît. A Paris, elle l’a mal vécu évidemment. C’est pour cela qu’elle est partie là-bas. […] Ce sont des maladies qui sont angoissantes, donc quand on est en plus enfermés on est encore plus angoissés, a expliqué l’ex-membre du CSA.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Et de conclure: “Elle est bien, elle est détendue. C’est une maladie qui est une saloperie mais c’est une évolution très lente“.

Source: Lire L’Article Complet