Gabriel Attal dévoile sa “plus grande frustration” pendant le mandat d’Emmanuel Macron

Alors que la campagne présidentielle n’est pas encore lancée du côté d’Emmanuel Macron, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, entend défendre le bilan du quinquennat en matière d’écologie. Un résultat qu’il considère comme étant un peu méconnu des Français.

  • Gabriel Attal

Les élections présidentielles vont arriver à grand pas. Les Français voteront, les dimanches 10 et 24 avril 2022, pour élire le président de la République du prochain quinquennat. Ou réélire. Car le suspens est grand. Ira ou ira pas. Emmanuel Macron ne s’est pas encore prononcé officiellement sur sa candidature. En revanche, son équipe commence à se mettre en marche. Un campus de la majorité présidentielle a eu lieu, le week-end du 1er octobre 2021, à Avignon, dans le Vaucluse, avec de nombreuses personnalités, comme Olivier Véran, ou encore Marlène Schiappa. Histoire de se préparer à la prochaine grande échéance électorale. Certains membres du gouvernement se positionnent. Ainsi, Gabriel Attal a choisi son cheval de bataille. Le benjamin de l’équipe qui partage des moments privilégiés avec Jean Castex s’est fixé un objectif : défendre le bilan du gouvernement en terme d’écologie, un secteur qu’il considère comme étant sous-évalué.

« Je compte me mobiliser pour mettre en lumière tout ce qui a été fait »

L’homme politique de 32 ans défend son point de vue auprès du Figaro : « Il faut être lucide. On n’a pas encore réussi à convaincre largement. C’est ma plus grande frustration. L’écologie c’est probablement le domaine où on a fait le plus en étant crédité le moins. Je compte me mobiliser pour mettre en lumière tout ce qui a été fait. » Pour le porte-parole du gouvernement, qui prévoit de maintenir le pass sanitaire jusqu’à l’été 2022, les préoccupations en matière d’écologie sont à prendre en considération sans délai. « J’ai toujours été sensible aux questions environnementales. C’est évidemment lié à mon âge. Je suis d’une génération qui a intégré la nécessité d’une action résolue« , a-t-il confié à nos confrères.

Gabriel Attal a d’ailleurs évoqué ce domaine dans l’émission Dimanche en politique, sur France 3, le 3 octobre 2021. « On croit à une écologie qui ne consiste pas à punir, à taxer et à sanctionner les Français mais à les aider », a-t-il expliqué, en marge des mesures qu’il qualifie « d’écologie punitive » proposées par Yannick Jadot, le candidat officiel des écologistes. « Si on a multiplié par quatre le nombre de voitures électriques immatriculées, ce n’est pas en créant des taxes et en sanctionnant les Français mais en les accompagnant avec une prime à la conversion ». La course à la présidentielle est véritablement en marche.

Source: Lire L’Article Complet