Gad Elmaleh : ce qu’il a réussi au Maroc… mais pas en France !

En février dernier, Gad Elmaleh sortait son nouvel album, en hommage à Claude Nougaro. Un véritable bide en France, qui a eu beaucoup de succès dans son pays d’origine, le Maroc.

Un rêve devenu réalité. Dans ses spectacles, Gad Elmaleh a toujours aimé croiser humour et chansons, notamment avec sa célèbre mélodie “Petit Oiseau” qu’il interprète systématiquement lors de ses one man shows. Alors, en grand admirateur de Claude Nougaro, l’humoriste a décidé de reprendre les titres de son chanteur favoris et d’en faire un album.

Un album sorti en février dernier, qui a rapidement suscité de vives critiques. Véritable coup dur, même les fans les plus attentionnés de Gad Elmaleh n’ont pas hésité à montrer leur mécontentement face à cette nouvelle passion de l’humoriste, “C’est lamentable, juste du business”, “ce n’est vraiment pas très légitime”, “c’est un massacre”, “Avec un tel album qui ressasse les mêmes chansons archiconnues (et géniales en version originale), on n’est pas dans l’esprit de Nougaro. Lui, il était un créateur, pas un recréateur.”

Toulouse. Gad Elmaleh “pas très légitime” quand il chante Nougaro : des artistes toulousains donnent leur avis #gad #nougaro https://t.co/jcKpIGMZJH

Au moment de sa sortie, La Dépêche du Midi évoquait même un “bide historique”. Véritable coup dur pour Gad Elmaleh, ce dernier ne baisse pour autant pas les bras et continue à parler de cet album qui lui tient à cœur. D’ailleurs, ce 31 mars, l’humoriste vient de dévoiler le clip de la chanson “Bidonville” extraite de son album de reprises de Claude Nougaro. Et s’il n’a pas lâché sa passion malgré les critiques et le faible nombre de ventes de son album, c’est grâce à son pays, le Maroc, et à ses habitants qui le soutiennent coûte que coûte dans ses projets plus fous les uns que les autres.

Loin d’être entré dans le classement en France, Gad Elmaleh et son album “Dansez sur moi” sont arrivés numéro 1 dans le cœur des habitants de son pays d’origine.

À voir aussi : 

La rédaction

Source: Lire L’Article Complet