Guillaume Canet : comment "le sexe et les pétards" l’aident à dormir

Dans les colonnes de Marie Claire en kiosque depuis mercredi 6 octobre 2021, Guillaume Canet dévoile ses astuces pour trouver le sommeil. Entre les médicaments, la drogue et le sexe, l’acteur sait ce qui lui réussit le mieux !

  • Guillaume Canet
  • Marion Cotillard

Guillaume Canet mène une vie à cent à l’heure. Entre sa carrière de cinéaste, son rôle de père et son couple avec Marion Cotillard, il trouve aussi le temps de faire la fête. C’est ce que le comédien de 48 ans confie dans une interview accordée à Marie Claire, parue mercredi 6 octobre 2021. À l’occasion de la promotion de son film intitulé Lui, en salles mercredi 27 octobre, la star de cinéma a répondu aux « 13 questions d’après minuit » posées par nos confrères. Et selon ses propres confidences, la vie nocturne n’est pas toujours évidente à gérer en tant que parent : « Tu essaies de ne pas leur montrer que tu n’es pas du tout capable de t’occuper d’eux… ça c’est trash. »

Dans cet entretien exclusif, le papa de Marcel évoque également ses insomnies. Pour trouver le sommeil, Guillaume Canet a tenté plusieurs remèdes, tels que les anxiolytiques et la drogue. « À un moment, j’ai pris du Lexo, ça ne me réussissait pas du tout. J’ai appris à m’apaiser autrement. Les pétards, longtemps et maintenant la méditation », raconte-t-il. Néanmoins, sa méthode favorite reste « le sexe ». Une confidence qui devrait plaire à sa compagne, Marion Cotillard : « Il n’y a quand même rien de mieux avant de s’endormir. »

« Le cheval m’a sorti de la came ! »

Ce n’est pas la première fois que Guillaume Canet évoque sa consommation de drogue. En février 2017, le réalisateur de Rock’n Roll révélait dans les colonnes du magazine ELLE, comment sa passion pour l’équitation lui a permis de se remettre dans le droit chemin : « Avant, j’étais vraiment rock’n’roll », déclarait-il, avant de poursuivre : « Il m’arrivait de ne dormir que quatre heures par nuit. Je fumais beaucoup de pétards. Depuis, je me suis calmé. Reprendre la compétition de haut niveau m’a beaucoup aidé. On peut dire que le cheval m’a sorti de la came ! C’est une réplique du film… » Quelques années auparavant, dans une interview accordée au Monde le 8 juin 2014, il se livrait effectivement sur cette activité qui le stimule énormément : « Depuis que je me suis remis à la compétition, ça m’apporte beaucoup de choses et ça me fait prendre un recul nécessaire sur mon métier. »

Source: Lire L’Article Complet