INTERVIEW – Michel Leeb, son vibrant hommage à son fils Tom : « Lui, c’est moi… en tellement mieux ! »

A quelques jours de remonter sur scène avec sa pièce Les Pigeons, Michel Leeb s’est longuement confié à Gala. Très « famille », il évoque avec tendresse le lien qui l’unit à Gaïa, la fille de 15 mois de sa fille Elsa, et Fanny et Tom, artistes eux aussi et dont il est très admiratif.

Tout va bien pour Michel Leeb ! Comme il nous l’annonçait en décembre dernier, 2023 s’annonce comme une bonne année pour le comédien de 75 ans. Sur le plan privé avec les bonnes nouvelles concernant la santé de Fanny, sa fille aînée, et la naissance de son premier petit-fils prévue en mai chez sa fille cadette, Elsa. Et côté carrière, s’il préfère ne plus jouer ses sketchs polémiques comme L’Africain ou Le Chinois, pour ne pas donner le bâton pour se faire battre, le comédien n’a pas pour autant renoncé à la scène.
A partir du 19 janvier, il sera sur la scène du Théâtre des Nouveautés, à Paris, pour jouer avec Francis Huster Les Pigeons, sa première pièce comme auteur, qu’il a écrite à la faveur des confinements. L’occasion de se livrer à Gala. Pourquoi il ne veut plus faire de one-man-show, ce qu’il pense de ses enfants artistes, mais aussi quel genre de papy il est pour Gaïa, sa petite-fille de 15 mois… C’est une interview en toute franchise qu’il nous a accordée, à retrouver dans le numéro de Gala en kiosque ce jeudi 12 janvier, mais que nous vous proposons de découvrir en primeur.

PHOTOS – Revoyez en images Fanny, Elsa et Tom, les trois enfants de Michel Leeb

GALA : Avec Les Pigeons, vous vous êtes écrit, pour vous et Francis Huster, des rôles d’acteurs de troisième zone, surpris de se retrouver sur le casting d’un film. C’est une pure composition ou vous avez déjà ressenti cette sensation d’être dans le creux de la vague ?

MICHEL LEEB : Non, jamais. Moi, je suis parti de zéro et n’ai jamais cessé de grimper. Mais j’ai beaucoup de tendresse pour ces acteurs qui n’ont pas eu cette chance, dont la gueule est plus connue que le nom et qui, pourtant, aiment ce métier et se défoncent autant que nous qui sommes plus célèbres. C’était l’un des avantages de passer à l’écriture : m’offrir ce contre-emploi qui me permet, avec Francis que je connais depuis quarante-cinq ans, d’aller « en marche arrière ». C’est excitant !

GALA : Pourquoi ne faites-vous plus de one-man-show ?

M.L. : Parce que c’est épuisant. L’avantage du one-man-show, c’est que tout est bénef’ pour vous. Je ne parle même pas financièrement, mais dans la gratification : le public est là pour vous tout seul. Mais physiquement, c’est dur. Et puis, j’ai connu une époque où il n’y avait pas beaucoup de one-man-shows. Maintenant, il y en a à chaque coin de rue. J’étais sur une autoroute qui s’est retrouvée de plus en plus encombrée. Je me suis dit : « Prenons des chemins de traverse”.

GALA : On ne vous voit pas non plus avec la nouvelle génération de réalisateurs au cinéma…

M.L. : On ne me demande pas, point. Parfois, je me dis « c’est dommage, j’aurais bien aimé faire ce rôle-là”. Mais je suis si heureux de faire de la scène que ça ne me perturbe pas tant que ça. Maintenant, si Spielberg me téléphone demain en me disant “j’ai un rôle pour vous”, j’y cours !

GALA : Deux de vos trois enfants, Fanny et Tom, sont artistes. Leur donnez-vous des conseils ?

M.L. : Jamais ! Fanny, qui compose et chante, je lui dis juste “tu devrais chanter du jazz, ma chérie”, car elle a une voix de crooneuse extraordinaire. Quant à Tom, il n’a pas non plus besoin de mes conseils. Lui, c’est moi… en tellement mieux ! Il a 32 ans, donc il a une avance sur moi insupportable (Rires.) Il est très séduisant, à la fois comédien, chanteur, humoriste. Il joue très bien de la guitare, compose. Il a vécu cinq ans à New York, donc il parle américain mieux qu’un Américain… c’est le seul homme dont je suis amoureux ! (Rires.)

GALA : Elsa, votre cadette (34 ans, ndlr), est devenue maman d’une petite Gaïa, il y a quinze mois, et attend un garçon pour le mois de mai. Vous découvrez les joies d’être grand-père ?

M. L. : Oui ! Et voir Gaïa toute petite, son émerveillement devant les cadeaux à Noël, ça me replonge trente-cinq ans en arrière. J’ai une nostalgie incroyable de l’enfance. Pas la mienne, mais celle de mes enfants, et j’apprécie de revivre ces moments-là à travers ma petite-fille. Et puis, je suis en admiration devant elle. Je suis bluffé par son regard : quand elle vous regarde, elle vous transperce ! Et par sa vivacité : je pense qu’elle pourra un jour chanter, faire des maths, écrire…

GALA : Elsa n’est pas artiste ?

M. L. : Non, mais elle produit. Elle a hérité du sens de l’organisation de sa mère, Béatrice, qui est à la fois ma productrice, mon agent, ma meilleure amie, ma femme.

GALA : Vous ne ressentez pas, comme beaucoup de parents, le « syndrome du nid vide », ce vertige de se retrouver à deux dans un appartement quand on a vécu à cinq dans une grande maison pleine de vie ?

M. L. : Ce n’est pas pénible de se retrouver à deux avec la femme qu’on aime, au contraire. Fanny et Elsa vivent en Suisse, Tom à Paris, mais on se téléphone tous très souvent, on a besoin d’entendre nos voix. Ça fait du bien.

GALA : Vous êtes en couple avec Béatrice depuis quarante-et-un ans et très proche de vos trois enfants. Vous allez jouer une pièce où il est question des hauts et des bas du métier d’acteur. Ça vous a aidé, dans votre carrière, d’avoir cette famille solide derrière ?

M.L. : Ça a été capital, mais pas seulement dans ma carrière, dans ma vie tout court. Moi, j’ai souffert de la séparation de mes parents. Avec ma sœur, on a été mis en pension, on s’est senti mis à l’écart du noyau familial. Alors, quand j’ai pu construire une famille, j’ai voulu qu’elle soit forte, unie. Ma famille, c’est une forteresse inattaquable. Et quand ça ne va pas bien, c’est un refuge.

Crédits photos : @Thomas Vollaire

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !

  • Michel Leeb

  • Fanny Leeb

  • Tom Leeb

Il vous reste 85% de l’article à découvrir

À découvrir en images

PHOTOS – Michel Leeb en famille : il réunit ses trois enfants Tom, Fanny et Elsa pour la générale de son spectacle




Autour de

Source: Lire L’Article Complet