« Je coupe le son ! » : quand un député reprend Philippe Katerine à l’Assemblée

Ce lundi 10 mai, à l’Assemblée nationale, un député Les Républicains a fait sourire ses collègues en chantonnant les paroles d’une célèbre chanson de Philippe Katherine.

A propos de


  1. Philippe Katerine

La fermeture des discothèques a inspiré l’un des députés. Ce lundi 10 mai, au cours de l’examen du projet de loi sur la sortie de crise sanitaire, le député LR de la Manche Philippe Gosselin était invité à prendre la parole sur le sujet. Alors qu’il a commencé son propos, il s’est finalement rendu compte que son micro était coupé. “Avec son, c’est mieux effectivement”, a-t-il fait remarquer dans un premier temps, avant d’ajouter : “C’est le problème des discothèques, il n’y a plus de son”. Puis, l’élu à l’Assemblée nationale s’est lancé dans une allusion à peine voilée à un titre phare de Philippe Katerine : “Je remets le son…je coupe le son”, a-t-il fredonné sous les applaudissements de ses collègues.

La séquence, partagée sur Twitter, ne s’arrête pas là. On y entend également le président de la séance, le député LREM Hugues Ranson, prétendre à son compère député une ressemblance avec l’interprète du titre “Louxor j’adore” : “Vous avez un petit côté Philippe Katerine”. Ce à quoi Philippe Gosselin a répondu : “Un peu déjanté… mais je n’ai pas tout à fait sa coiffure.” Et de compléter avec une certaine touche d’humour : “Cessez donc vos fantasmes monsieur le président”. Face à cet échange léger, les députés présents ce soir-là ont bien eu du mal à dissimuler leurs éclats de rire.

Probablement mon moment préféré de la législature jusqu'à présent : @phgosselin vs. Philippe Katerine #DirectAN pic.twitter.com/fvIfQz5Gm0

Les discothèques fermées jusqu’à fin juin

Par la suite, les députés sont redevenus plus sérieux. Il faut dire que le sujet de la fermeture des discothèques à la suite de la crise sanitaire du Covid-19 s’y prêtait. Ces lieux de distractions ne rouvriront pas avant la fin juin. “Nous avons dit qu’au vu de la situation sanitaire fin juin nous ferions une clause de revoyure avec cette profession, pour voir s’il y a la possibilité de rouvrir et avec quels outils”, a expliqué Jean Castex sur le plateau de France 2. Leur ouverture est-elle conditionnée au pass sanitaire ? Mardi 11 mai, un amendement a été adopté en séance par les députés. Il en interdit le recours au pass sanitaire pour tout autre usage que celui prévu dans le projet de loi, à savoir “les grands rassemblements”. Les gérants de discothèques vont donc rester encore quelques temps dans le flou.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet