« Je ne les faisais plus rigoler » : une ex-chroniqueuse de Quotidien fâchée avec l’équipe ? Elle s’explique !

Comme le rappelle Libération, ce mardi 10 mai, l’ancienne chroniqueuse de Quotidien, Laura Felpin a raconté dans un podcast, mis en ligne en mars dernier, les raisons pour lesquelles elle avait stoppé sa collaboration professionnelle avec Yann Barthès.

Interviewée dans les colonnes de Libération, ce mardi 10 mai, Laura Felpin a fait des confidences sur son tout premier spectacle, intitulé Ça passe, qu’elle joue sur scène. La comédienne de 32 ans, que certains ont découverte dès septembre 2019, lorsqu’elle a rejoint l’équipe de Yann Barthès, a stoppé ses sketchs dans Quotidien, diffusé sur TMC, à l’automne 2020. Dans le podcast Les Gens qui doutent, mis en ligne le 22 mars dernier, elle se confiait sur ses anciennes participations à l’émission.

Comme l’ont rappelé nos confrères, Laura Felpin « incarnait un personnage par semaine » dans celle-ci, la toute première année de sa collaboration professionnelle. La seconde année, elle avait « quatre » personnages à incarner dans l’émission de manière récurrente, ce qui lui a posé problème en termes de créativité, comme elle l’a confié. « Un soir, nous avons eu un désaccord sur une vanne de mon texte. J’arrivais au point où je ne les faisais plus rigoler. J’ai senti que ça n’allait pas bien se passer si je restais », avait-elle expliqué, en soulignant qu’elle ne comptait pas « se battre pour qu’ils trouvent ça marrant ». Elle a aussi estimé n’avoir « dit que de la m**de » face caméra. En revanche, elle a assuré qu’elle n’était restée fâchée avec personne après la fin de ses chroniques humoristiques dans le programme de Yann Barthès.

Une première année « super », mais une seconde devenue une « contrainte »

Dans le fameux podcast, Laura Felpin a également précisé que 2019 avait « été la meilleure année de [s]a vie ». « L’expérience avec la télé, j’adorais, parce qu’on était en direct […]. Et c’était des gens que j’aimais bien, que j’admirais. La première année, c’était super », a-t-elle déclaré, avant de parler des nombreux personnages qu’elle devait incarner par la suite, en 2020. « Très vite, c’est devenu une contrainte. On cherchait d’autres concepts, mais on n’était pas assez nombreux pour les écrire », a-t-elle lancé en toute franchise.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Norbert Scanella / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet