"Je souffre mais je ne le montre pas" : Frédéric François raconte ce mal qui le ronge…

Ce 13 novembre, dans les colonnes de France Dimanche, le chanteur Frédéric François donne des nouvelles de son confinement.

A 70 ans, c’est un Frédéric François qui a “vraiment peur”, pour lui et pour les siens, qui a donné de ses nouvelles à nos confrères de France Dimanche, cette semaine. L’interprète de “Je t’aime à l’italienne”, est en passe de sortir un nouvel album, “La liberté d’aimer”, qu’il a composé chez lui pendant le premier confinement, et qui pourrait bien être “disponible dés cette semaine” !

Il a enregistré un album pendant le premier confinement !

A propos de cet opus, il explique : “”Je l’ai souhaité joyeux, enjoué. J’ai dit à mon orchestrateur que je voulais que les batteries et les basses chantent, dansent et groovent !” De quoi réchauffer les coeurs de ses fans, qui comme lui ont été bien isolés pendant l’actuelle crise sanitaire.

Confiné avec sa femme, loin de ses enfants, au printemps dernier, Frédéric François a installé un “home studio” dans son sous-sol, dit-il. Et d’ajouter : “C’était la première fois que je réalisais un disque à mon domicile !” Quand il ne faisait pas de musique, le chanteur a également fait du sport, et la cuisine. Il précise aussi “ce confinement m’a permis de me poser et de vivre pleinement avec ma femme, ce qui est loin d’être toujours le cas pour un artiste qui est souvent absent”.

Et pourtant, un grand vide demeure dans sa vie… Après 50 ans de carrière, cette année 2020 est très compliquée pour Frédéric François, qui a hâte de retrouver son public. A propos de son grand retour sur scène, il confie à France Dimanche : “Nous avons reporté toutes nos dates de tournée à partir du printemps prochain, et mon Olympia au 30 octobre 2021”.

“Je souffre, mais je ne le montre pas”

Alors en attendant, il annonce : “J’essaye d’être actif sur les réseaux sociaux, mon nouveau clip est en ligne. Je veux garder le lien avec mon public. La scène me manque cruellement. Je souffre, mais je ne le montre pas. Le rideau est tombé. Je me languis qu’il se lève à nouveau. On vit tous des jours sans fin”. 

Source: Lire L’Article Complet